Dieu est ma force

03-02-21

Question 5 : Pourquoi dit-on que l’humanité corrompue doit être sauvée par Dieu incarné ? C’est quelque chose que la plupart des

Réponse :

La raison pour laquelle l’humanité corrompue doit être sauvée par l’incarnation de Dieu, c’est que la chair de l’homme a été profondément trompée et corrompue par Satan. Toute l’humanité vit sous la domination de Satan. Les hommes ne peuvent distinguer le bien du mal, la beauté de la laideur. Ils ne font pas la différence entre le positif et le négatif. Ils vivent selon la philosophie de Satan, selon sa loi et sa nature. Ils sont arrogants, suffisants, négligents et sans foi ni loi. Ils sont tous des représentants de Satan et sont devenus des dégénérés qui conspirent avec Satan pour résister à Dieu, mais ils ne s’en rendent pas compte. Dieu est le Créateur, seul Dieu connaît parfaitement la vraie nature de l’homme et à quel point ce dernier est corrompu. Seul Dieu peut dénoncer, déceler la nature satanique et le tempérament corrompu de l’homme. Seul Dieu peut dire aux hommes comment vivre et agir comme des hommes. Seul Dieu peut conquérir, purifier et sauver l’humanité durablement. Hormis Dieu, aucune créature ne peut percer à jour l’essence corrompue de l’homme, et ne peut certainement pas dire à l’homme comment agir en homme. Donc, si Dieu désire arracher des mains de Satan l’humanité profondément corrompue, et sauver les hommes, alors seulement si Dieu incarné exprime en personne la vérité et le tempérament de Dieu, seulement si Dieu dit à l’homme toutes les vérités qu’il doit connaître, et lui permet de comprendre la vérité, de connaître Dieu, et de percer à jour les mauvais desseins et les diverses tromperies de Satan, alors seulement l’homme renoncera à Satan et le rejettera pour revenir à Dieu. En outre, l’œuvre de l’incarnation de Dieu dénonce toutes sortes d’hommes, car les hommes sont tous arrogants et refusent de céder. Quand Dieu S’incarne pour exprimer la vérité, les hommes répondent invariablement en arborant leurs conceptions, en résistant ou même en faisant la guerre. En tant que telle, l’humanité corrompue résiste à Dieu et Le trahit, ainsi cette vérité se trouve entièrement dénoncée, et Dieu accomplit Son jugement des hommes en Se basant sur la corruption dont ils font preuve et sur leur nature et essence. Ce n’est que de cette façon que la conquête, le salut et le perfectionnement de l’humanité peuvent s’accomplir en douceur. Grâce au jugement par les paroles de Dieu, l’homme est peu à peu conquis et purifié. Lorsque l’homme est entièrement conquis, il commence à obéir à Dieu incarné, il commence à accepter le jugement de Dieu, à obéir au jugement de Dieu et à Son châtiment, et à faire l’expérience de l’œuvre de Dieu, il décide de chercher la vérité et de ne plus jamais vivre selon la philosophie et les règles de Satan. Lorsque l’homme vit entièrement en accord avec la parole de Dieu, alors Dieu a vaincu Satan pour de bon, et l’homme corrompu représente le butin de Sa victoire contre Satan. Au fond, Dieu arrache l’humanité corrompue à l’emprise de Satan. Seule l’œuvre de Dieu incarné peut avoir un tel effet. C’est une absolue nécessité que Dieu s’incarne pour sauver l’humanité, et seul le Dieu incarné peut conquérir et sauver l’humanité pour de bon. Les personnes dont Dieu Se sert sont incapables de faire cette œuvre de rédemption et de salut de l’humanité.

L’homme corrompu a réellement besoin que Dieu Se fasse chair pour le juger et le purifier personnellement s’il veut être sauvé. Au cours de l’interaction de Dieu incarné avec l’homme, Il permet à l’homme de comprendre et de connaître Dieu face à face. Parce que ceux qui cherchent vraiment la vérité acceptent le jugement et la purification du Christ dans les derniers jours, ils sont naturellement capables d’obéir à Dieu et de ressentir de l’amour pour Dieu en leur cœur, et d’être sauvés pour de bon du domaine de Satan. N’est-ce pas le meilleur moyen pour Dieu de sauver et de perfectionner l’humanité ? Parce que Dieu S’incarne dans la chair, nous avons eu l’opportunité d’être face à face avec Dieu et de faire l’expérience de Son œuvre concrète, nous avons eu la possibilité de recevoir la parole appropriée de Dieu et d’être guidés et abreuvés directement par Lui, si bien que nous commençons à compter sur Dieu, à Lui obéir et à L’aimer sincèrement. Si Dieu ne s’était pas fait chair pour accomplir l’œuvre de salut de l’humanité, ce résultat concret n’aurait pas pu être obtenu. […]

Quand Dieu se fait chair pour sauver l’humanité corrompue, Il peut utiliser le langage des hommes pour dire clairement à l’humanité les exigences de Dieu, Sa volonté, Son tempérament et tout ce qu’Il a et est. De cette façon, sans être obligé de chercher en tous sens, l’homme peut comprendre la volonté de Dieu, il peut connaître les exigences de Dieu et la façon dont il devrait pratiquer. Ainsi, il peut également comprendre et connaître Dieu de façon concrète. Exactement comme à l’ère de la Grâce, Pierre a demandé au Seigneur Jésus : « Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu’il péchera contre moi ? Sera-ce jusqu’à sept fois ? » (Matthieu 18:21). Le Seigneur Jésus a dit à Pierre : « Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à septante fois sept fois » (Matthieu 18:22). Grâce à cela, nous comprenons que le Seigneur Jésus incarné a nourri l’homme et lui a apporté son soutien à tout moment et en tout lieu où Il est allé, apportant à l’homme un soutien très concret et très clair. Dans les derniers jours, Dieu Tout-Puissant S’est incarné parmi les hommes, en exprimant la vérité pour s’attaquer à la véritable situation de l’homme, en exprimant le tempérament de Dieu, tout ce que Dieu a et est pour pourvoir à l’humanité et la soutenir, pointant du doigt toutes les inexactitudes et tous les mensonges inhérents à la foi de l’homme en Dieu, informant l’homme de la volonté de Dieu et de Ses exigences, donnant aux hommes le soutien et la provision de vie concrets et justes dont il avait besoin. Par exemple, lorsque, sans le savoir, nous vivons dans la rébellion et la résistance à Dieu, la parole de Dieu nous expose et nous juge directement, nous permettant de voir, dans la parole de Dieu, que notre nature satanique elle-même s’oppose à Dieu. Quand nous suivons Dieu pour notre propre bénéfice et que nous donnons des leçons en le faisant, Dieu expose nos insuffisances et nous dit quelles croyances nous devons avoir pour être les fidèles de Dieu. Quand nous nous méprenons sur Dieu au moment de faire l’expérience de Son jugement, la parole de Dieu nous rappelle les grands desseins de Dieu par lesquels Il sauve et juge l’humanité, et résout les malentendus quant à Dieu. Tous les élus de Dieu ont fait l’expérience intime et profonde que Dieu incarné nous aide et nous soutient constamment pour que nous ne nous épuisions pas en vaines recherches. Nous avons seulement besoin de lire davantage la parole de Dieu Tout-Puissant pour être très concrètement nourris et abreuvés par Dieu. Grâce à la parole exprimée par Dieu, nous comprenons vraiment la volonté de Dieu, Son tempérament, tout ce qu’Il a et est, et grâce à cette compréhension, nous parvenons à savoir comment mener une vraie vie, nous apprenons à percer à jour les vils complots de Satan, nous voyons clairement comment nous avons pu être corrompus jusqu’au cœur par Satan, et ce faisant, nous nous débarrassons peu à peu de notre nature pécheresse et de la sinistre influence de Satan. Par conséquent, notre tempérament de vie change peu à peu et nous avançons sur la bonne voie, en vivant la réalité de la vérité. L’incarnation de Dieu a rendu tout cela possible.

Dieu s’est incarné pour accomplir Son œuvre et exprimer Sa parole, et permettre à l’homme d’obtenir un soutien et une provision de vie très concrets. Malgré les nombreuses conceptions de l’homme quant à l’œuvre de jugement de Dieu incarné, Dieu a apporté à l’homme le chemin de la vie et le salut éternel, et l’homme en est venu à compter sur Lui ! […] Bien que Dieu ait pris la forme d’un Fils ordinaire de l’homme, lors de Son incarnation dans les derniers jours pour sauver et perfectionner l’humanité, bien qu’Il n’ait pas accompli de signes et de miracles, et qu’Il ne possède pas de qualités surhumaines ou une grande stature, et bien qu’Il ait été la cible des conceptions erronnées de l’homme, de son reniement, sa résistance et son rejet, la vérité que le Christ exprime et l’œuvre de jugement qu’Il accomplit ont donné à l’homme la parole de Dieu, et lui ont permis d’atteindre la vérité et de voir la manifestation de Dieu. Bien que nous n’ayons pas vu la vraie personne de Dieu, nous avons vu Son tempérament inhérent, et Son essence sainte, ce qui est la même chose que si nous avions vu Sa vraie personne. Nous avons vu Dieu vivre parmi nous réellement et concrètement. Nous sentons véritablement que nous avons été enlevés devant le trône, nous avons fait l’expérience de l’œuvre de Dieu face à face avec Lui et nous avons bénéficié de cet apport de la source de vie qui coule depuis le trône. Ayant fait l’expérience de l’œuvre du jugement des derniers jours accomplie par Dieu, nous en sommes venus à reconnaître les grands desseins de Dieu grâce auxquels Il sauve l’humanité, et nous avons vu à quel point le prix que Dieu paie et les tourments qu’Il endure pour sauver l’humanité sont grands. Tout ce que Dieu fait pour nous est une expression de Son amour et a pour but notre salut. Oui. Nous méprisons tous la folie et la rébellion qui étaient les nôtres et commençons à vraiment aimer Dieu et à Lui obéir. Ayant fait l’expérience de l’œuvre de Dieu jusqu’à présent, nous nous sommes tous vraiment rendus compte que les changements que nous voyons en nous-mêmes sont entièrement le résultat du salut de l’incarnation de Dieu. Le Christ des derniers jours est le plus grand salut de l’humanité corrompue. Il est la seule voie vers la connaissance de Dieu et l’approbation de Dieu.

Extrait de « Questions et réponses classiques sur l’évangile du royaume »

Source : L'Église de Dieu Tout-Puissant

 


29-01-21

Qu’est-ce que l’incarnation ? Quelle est l’essence de l’incarnation ?

010-主耶稣在人中间讲道-关系融洽-ZB-20180611

Versets bibliques pour référence :

« Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu » (Jean 1:1).

« Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père » (Jean 1:14).

« Je suis le chemin, la vérité, et la vie » (Jean 14:6).

« Jésus lui dit : Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m’as pas connu, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père ; comment dis-tu : Montre-nous le Père ? Ne crois-tu pas que je suis dans le Père, et que le Père est en moi ? Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; et le Père qui demeure en moi, c’est lui qui fait les œuvres. Croyez-moi, je suis dans le Père, et le Père est en moi ; croyez du moins à cause de ces œuvres » (Jean 14:9-11).

« Moi et le Père nous sommes un » (Jean 10:30).

Paroles de Dieu concernées :

L’« incarnation », c’est l’apparition de Dieu dans la chair ; Dieu œuvre parmi l’humanité dans l’image de la chair. Ainsi, pour que Dieu soit incarné, Il doit d’abord être chair, une chair avec une humanité normale ; c’est le prérequis le plus fondamental. En fait, l’implication de l’incarnation de Dieu est que Dieu vit et œuvre dans la chair ; que Dieu, dans Son essence même, devient chair, devient un homme.

Extrait de « L’essence de la chair habitée par Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Le Christ avec l’humanité normale est une chair dans laquelle l’Esprit se réalise et possède l’humanité normale, la raison normale et la pensée humaine. « Être réalisé » signifie que Dieu se fait homme, l’Esprit devient chair ; pour le dire plus clairement, c’est quand Dieu Lui-même habite une chair avec une humanité normale et par la chair de l’humanité normale exprime Son œuvre divine – c’est ce que signifie être réalisé, ou incarné.

Extrait de « L’essence de la chair habitée par Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

La signification de l’incarnation est qu’un homme ordinaire et normal accomplit l’œuvre de Dieu Lui-même ; c’est-à-dire que Dieu accomplit Son œuvre divine dans l’humanité et ainsi triomphe de Satan. L’incarnation signifie que l’Esprit de Dieu devient une chair, c’est-à-dire que Dieu devient chair ; l’œuvre que la chair accomplit est l’œuvre de l’Esprit qui est réalisée dans la chair, exprimée par la chair. Nul autre que la chair de Dieu ne peut accomplir le ministère de Dieu incarné ; c’est-à-dire, seule la chair incarnée de Dieu, cette humanité normale – et personne d’autre – peut exprimer l’œuvre divine. Durant Sa première venue, si Dieu n’avait pas possédé une humanité normale avant l’âge de vingt-neuf ans – s’Il avait pu faire des miracles dès Sa naissance, s’Il avait pu parler le langage du ciel dès qu’Il a appris à parler, s’Il avait pu appréhender toutes les choses du monde, discerner les pensées et les intentions de chacun dès le moment où Il a posé le pied sur la terre – un tel homme n’aurait pas pu être appelé un homme normal et une telle chair n’aurait pas pu être appelée chair humaine. Si tel était le cas pour Christ, alors le sens et l’essence de l’incarnation de Dieu seraient perdus. Qu’Il possède une humanité normale prouve qu’Il est Dieu incarné dans la chair ; le fait qu’Il subisse un processus normal de croissance humaine démontre encore plus qu’Il est une chair normale ; de plus, Son œuvre est une preuve suffisante qu’Il est la Parole de Dieu devenue chair, l’Esprit de Dieu devenu chair. Dieu devient chair du fait des besoins de Son œuvre ; en d’autres termes, cette étape de l’œuvre doit être faite dans la chair, doit être accomplie dans l’humanité normale. C’est la condition préalable de « la Parole devenue chair » et de « l’apparition de la Parole dans la chair », et c’est l’histoire vraie derrière les deux incarnations de Dieu.

Extrait de « L’essence de la chair habitée par Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

L’implication de l’incarnation de Dieu est que Dieu vit et œuvre dans la chair ; que Dieu, dans Son essence même, devient chair, devient un homme. Sa vie incarnée et Son œuvre peuvent être divisées en deux étapes. La première est la vie qu’Il vit avant d’accomplir Son ministère. Il vit dans une famille humaine ordinaire, dans une humanité tout à fait normale, obéissant aux mœurs et aux lois normales de la vie humaine, ayant des besoins humains normaux (nourriture, habillement, logement, sommeil), des faiblesses humaines normales et des émotions humaines normales. En d’autres termes, durant cette première étape, Il vit dans une humanité non divine, complètement normale, s’engageant dans toutes les activités humaines normales. La deuxième étape est la vie qu’Il vit après avoir commencé à accomplir Son ministère. Il demeure toujours dans l’humanité ordinaire avec une enveloppe humaine normale, ne montrant aucun signe extérieur surnaturel. Pourtant, Il vit purement pour Son ministère et, pendant cette période, Son humanité normale existe entièrement afin de soutenir l’œuvre normale de Sa divinité ; car, à ce moment-là, Son humanité normale a mûri au point où Il est en mesure d’accomplir Son ministère. Ainsi, la deuxième étape de Sa vie consiste à accomplir Son ministère dans Son humanité normale, alors que c’est une vie à la fois d’humanité normale et de divinité totale. La raison pour laquelle, dans la première étape de Sa vie, Il vit dans une humanité tout à fait ordinaire est que Son humanité n’est pas encore capable de maintenir l’ensemble de l’œuvre divine, n’est pas encore mature ; ce n’est qu’après la maturation de Son humanité, après qu’elle est devenue capable d’assumer Son ministère, qu’Il peut commencer à accomplir le ministère qu’Il devrait accomplir. Étant donné qu’en tant que chair Il a besoin de grandir et de mûrir, la première étape de Sa vie est celle de l’humanité normale, tandis que dans la deuxième étape, parce que Son humanité est capable d’entreprendre Son œuvre et d’accomplir Son ministère, la vie que Dieu incarné vit pendant Son ministère est à la fois une vie d’humanité et une vie de divinité totale. Dès Sa naissance, si le Dieu incarné avait commencé sérieusement Son ministère, accomplissant des signes et des prodiges surnaturels, alors Il n’aurait eu aucune essence corporelle. Par conséquent, Son humanité existe pour Son essence corporelle ; il ne peut y avoir de chair sans humanité, et une personne sans humanité n’est pas un être humain. De cette manière, l’humanité de la chair de Dieu est une propriété intrinsèque de la chair incarnée de Dieu. Dire que « lorsque Dieu devient chair, Il est entièrement divin, et aucunement humain » est un blasphème, car cette affirmation n’existe tout simplement pas et elle viole le principe de l’incarnation. Même après avoir commencé à accomplir Son ministère, Il continue de vivre dans Sa divinité avec une enveloppe extérieure humaine quand Il réalise Son œuvre ; c’est simplement qu’à l’époque Son humanité a pour seul but de permettre à Sa divinité d’accomplir l’œuvre dans la chair normale. L’agent de l’œuvre est donc la divinité qui habite Son humanité. C’est Sa divinité, non Son humanité, qui œuvre, mais cette divinité est cachée dans Son humanité ; Son œuvre est essentiellement accomplie par Sa divinité totale, non par Son humanité. Mais c’est Sa chair qui réalise Son œuvre. On pourrait dire qu’Il est à la fois un homme et Dieu, car Dieu devient un Dieu qui vit dans la chair, avec une enveloppe humaine et une essence humaine, mais aussi l’essence de Dieu. Parce qu’Il est un homme qui possède l’essence de Dieu, Il est au-dessus de tout humain créé, au-dessus de tout homme qui peut accomplir l’œuvre de Dieu. Et ainsi, parmi tous ceux qui ont une enveloppe humaine comme la Sienne, parmi tous ceux qui possèdent l’humanité, Lui seul est le Dieu incarné Lui-même – tous les autres sont des humains créés. Bien qu’ils aient tous une humanité, les êtres humains créés n’ont rien d’autre que l’humanité, tandis que Dieu incarné est différent : dans Sa chair, non seulement Il a l’humanité, mais surtout, la divinité. Son humanité peut être vue dans l’apparence extérieure de Sa chair et dans Sa vie quotidienne, mais Sa divinité est difficile à percevoir. Parce que Sa divinité est exprimée seulement quand Il a l’humanité, et n’est pas aussi surnaturelle que les gens l’imaginent, il est extrêmement difficile pour les gens de la voir. Même aujourd’hui, il est extrêmement difficile pour les gens de comprendre la vraie essence de Dieu incarné. Même après en avoir parlé longuement, Je présume que c’est encore un mystère pour la plupart d’entre vous. En fait, cette question est très simple : puisque Dieu devient chair, Son essence est une combinaison d’humanité et de divinité. Cette combinaison est appelée Dieu Lui-même, Dieu Lui-même sur la terre.

Extrait de « L’essence de la chair habitée par Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Durant la période où le Seigneur Jésus œuvrait, les gens purent se rendre compte que Dieu avait beaucoup d’expressions humaines. Par exemple, Il pouvait danser, Il pouvait assister aux mariages, Il pouvait communier avec les gens, leur parler et discuter de choses avec eux. En plus de cela, beaucoup de l’œuvre aussi que le Seigneur Jésus accomplissait exprimait Sa divinité et, bien sûr, toute cette œuvre était une expression et une révélation du tempérament de Dieu. À cette époque, quand la divinité de Dieu était réalisée dans une chair ordinaire de façon à ce que les gens puissent la voir et la toucher, ils n’avaient plus le sentiment qu’Il entrait et sortait de la perception en vacillant, qu’ils ne pouvaient pas s’approcher de Lui. Au contraire, ils pouvaient tenter de saisir la volonté de Dieu ou de comprendre Sa divinité par chaque mouvement, par les paroles et l’œuvre du Fils de l’homme. Le Fils de l’homme incarné exprimait la divinité de Dieu par le biais de Son humanité et transmettait la volonté de Dieu au genre humain. Et par Son expression de la volonté de Dieu et de Son tempérament, Il révéla aussi aux gens le Dieu qui ne peut pas être vu ou touché qui demeure dans le domaine spirituel. Ce que les gens ont vu est Dieu Lui-même dans une forme tangible, faite de chair et de sang. Ainsi le Fils de l’homme incarné fit de l’identité de Dieu Lui-même, de Son statut, de Son image, de Son tempérament et de ce qu’Il a et est des choses concrètes et humanisées. Même si l’apparence extérieure du Fils de l’homme avait quelques limitations au regard de l’image de Dieu, Son essence et ce qu’Il a et est étaient tout à fait capables de représenter l’identité et le statut de Dieu Lui-même. Il y avait seulement quelques différences dans la forme de l’expression. Nous ne pouvons pas nier que le Fils de l’homme représentait l’identité de Dieu et le statut de Dieu Lui-même, aussi bien dans la forme de Son humanité que dans Sa divinité. Pendant ce temps, toutefois, Dieu travaillait par la chair, parlait du point de vue de la chair et Se tenait face au genre humain avec l’identité et le statut du Fils de l’homme ; cela donnait aux gens l’opportunité de rencontrer et de vivre les vraies paroles et l’œuvre véritable de Dieu parmi les hommes. Cela permettait aussi aux gens d’acquérir une idée de Sa divinité et de Sa grandeur en toute humilité, ainsi que d’obtenir une compréhension préliminaire et une définition préliminaire de l’authenticité et de la réalité de Dieu. Même si l’œuvre accomplie par le Seigneur Jésus, Ses manières de travailler et la perspective à partir de laquelle Il parlait différaient de la vraie personne de Dieu dans le domaine spirituel, tout Le concernant représentait véritablement Dieu Lui-même que l’humanité n’avait jamais vu auparavant : cela ne peut être nié ! Cela veut dire que peu importe dans quelle forme Dieu apparait, peu importe à partir de quelle perspective Il S’exprime ou dans quelle image Il Se présente à l’humanité, Dieu ne représente que Lui-même. Il ne peut représenter aucun humain, ni rien d’une humanité corrompue. Dieu est Dieu Lui-même et cela ne peut être nié !

Extrait de « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même III », dans La Parole apparaît dans la chair

Bien que l’apparence de Dieu incarné soit exactement la même que celle d’un homme et bien qu’Il apprenne le savoir humain et parle le langage des hommes et exprime même parfois Ses idées grâce aux méthodes même du genre humain ou à ses façons de parler, néanmoins, la manière dont Il voit les hommes et dont Il voit l’essence des choses n’est absolument pas la même que la manière dont les hommes corrompus voient l’humanité et l’essence des choses. Son point de vue et la hauteur à laquelle Il Se trouve sont inaccessibles à une personne corrompue. C’est parce que Dieu est vérité, parce que la chair dont Il Se revêt contient l’essence de Dieu, et Ses pensées et ce qui est exprimé par Son humanité sont aussi la vérité. Pour les gens corrompus, ce qu’Il exprime dans la chair, c’est un soutien de la vérité et de la vie. Ce soutien n’est pas seulement pour une personne, mais toute l’humanité. Pour n’importe quel homme corrompu, il n’y a dans son cœur que les quelques personnes qui lui sont associées. Il n’y a que ces quelques personnes pour lesquelles il se préoccupe et se sent concerné. Quand un désastre est à l’horizon, il pense d’abord à ses propres enfants, à sa femme ou à ses parents. Au mieux, un individu plus compatissant aurait une petite pensée pour une relation ou un bon ami, mais les pensées d’un tel individu compatissant iraient-elles plus loin ? Non, jamais ! Parce que les êtres humains sont, après tout, humains et parce qu’ils ne peuvent voir toutes les choses que depuis la perspective et la hauteur d’un être humain. Toutefois, Dieu incarné est totalement différent d’un individu corrompu. Peu importe à quel point Dieu incarné dans la chair est ordinaire, normal et humble, ou même dans quelle mesure les gens Le méprisent, Ses pensées et Son attitude envers les hommes sont les aspects qu’aucun homme ne pouvait posséder et ne pouvait imiter. Il observera toujours l’humanité depuis un point de vue divin, depuis le haut de Sa position comme Créateur. Il regardera toujours les hommes depuis l’essence et l’état d’esprit de Dieu. Il ne peut absolument pas voir l’humanité depuis la basse hauteur d’une personne ordinaire ou depuis la perspective d’un individu corrompu. Quand les gens regardent l’humanité, ils regardent avec une vision humaine et ils utilisent des choses comme la connaissance humaine, les règles et les théories humaines comme mesure. Cela est dans le cadre de ce que les gens peuvent voir de leurs yeux et dans le cadre de ce qui est accessible aux gens corrompus. Quand Dieu regarde l’humanité, Il regarde avec une vision divine et Il utilise Son essence et ce qu’Il a et est comme mesure. Ce cadre comprend des choses que les gens ne peuvent pas voir et c’est en cela que Dieu incarné et les humains corrompus sont entièrement différents. Cela provient de la différence entre l’essence de Dieu et celle des humains et c’est cette essence qui définit leur identité et leur position ainsi que le point de vue et la hauteur depuis lesquels ils voient les choses.

Extrait de « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même III », dans La Parole apparaît dans la chair

Le Dieu incarné s’appelle Christ, et le Christ est la chair que revêt l’Esprit de Dieu. Cette chair ne ressemble à aucun homme qui est de chair. Christ n’est pas de chair ni de sang, Il est l’incarnation de l’Esprit, voilà la différence. Il possède à la fois une humanité normale et une divinité complète. Sa divinité n’est possédée par aucun homme. Son humanité normale sustente toutes Ses activités normales dans la chair, tandis que Sa divinité réalise l’œuvre de Dieu Lui-même. Que ce soit Son humanité ou Sa divinité, toutes deux sont soumises à la volonté du Père céleste. L’essence de Christ est l’Esprit, c’est-à-dire, la divinité. Par conséquent, Son essence est celle de Dieu Lui-même ; cette essence ne va pas interrompre Sa propre œuvre, et Il ne pourrait faire aucune chose qui détruise Sa propre œuvre, de même qu’Il ne pourrait jamais prononcer des paroles qui vont contre Sa propre volonté. Par conséquent, le Dieu incarné ne ferait absolument jamais une œuvre qui interrompt Sa propre gestion. Voilà ce que tout homme doit comprendre. L’essence de l’œuvre du Saint-Esprit est de sauver l’homme et ceci, pour le bien de la gestion propre de Dieu. De même, l’œuvre de Christ est aussi de sauver l’homme et par égard pour la volonté de Dieu. Étant donné que Dieu Se fait chair, Il réalise Son essence dans Sa chair, de telle sorte que Sa chair suffit pour accomplir Son œuvre. Par conséquent, toute l’œuvre de l’Esprit de Dieu est remplacée par l’œuvre de Christ pendant le temps de l’incarnation, et au cœur de toute l’œuvre qui se fait pendant toute la durée de l’incarnation se trouve l’œuvre de Christ. Elle ne peut pas être mélangée avec l’œuvre d’aucune autre ère. Et puisque Dieu Se fait chair, Il œuvre dans l’identité de Sa chair ; comme Il vient dans la chair, Il achève ensuite dans la chair l’œuvre qu’Il doit faire. Que ce soit l’Esprit de Dieu ou Christ, les deux sont Dieu Lui-même, et Il fait l’œuvre qu’Il doit faire et accomplit le ministère qu’Il doit accomplir.

L’essence même de Dieu exerce l’autorité, mais Il est capable de Se soumettre pleinement à l’autorité qui vient de Lui. Que ce soit l’œuvre de l’Esprit ou l’œuvre de la chair, il n’y a pas d’interférence entre les deux. L’Esprit de Dieu est l’autorité sur toute la création. La chair avec l’essence de Dieu possède également l’autorité, mais Dieu dans la chair peut faire toute l’œuvre qui obéit à la volonté du Père céleste. Cela ne peut être réalisé ni conçu par aucun homme seul. Dieu Lui-même est l’autorité, mais Sa chair peut se soumettre à Son autorité. C’est ce que l’on entend lorsque l’on dit : « Christ obéit à la volonté de Dieu le Père ». Dieu est un Esprit et peut accomplir l’œuvre du salut, de même que Dieu peut devenir homme. De toute façon, Dieu Lui-même fait Sa propre œuvre ; Il n’interrompt pas ni n’intervient, encore moins réalise-t-Il une œuvre qui se contredit elle-même, car l’essence de l’œuvre accomplie par l’Esprit et la chair est la même. Que ce soit l’Esprit ou la chair, les deux œuvrent à satisfaire une même volonté et à gérer la même œuvre. Bien que l’Esprit et la chair aient deux qualités disparates, leur essence est la même ; les deux ont l’essence de Dieu Lui-même et l’identité de Dieu Lui-même. Dieu Lui-même ne possède aucun élément de désobéissance ; Son essence est bonne. Il est l’expression de toute beauté et de toute bonté, ainsi que de tout amour. Même dans la chair, Dieu ne fait rien qui désobéit à Dieu le Père. Même s’il fallait aller jusqu’à sacrifier Sa vie, Il y serait de tout cœur disposé et Il ne ferait pas d’autre choix. Dieu n’a aucune disposition à la prétention ou à la suffisance, ni à la vanité ou à l’arrogance ; Il n’est pas disposé à la malhonnêteté. Tout ce qui désobéit à Dieu provient de Satan ; Satan est la source de toute laideur et méchanceté. L’homme a des qualités similaires à celles de Satan parce qu’il a été corrompu et manipulé par Satan. Christ n’a pas été corrompu par Satan, par conséquent, Il ne possède que les caractéristiques de Dieu et aucune de Satan. Que le travail soit ardu ou que la chair soit faible, pendant qu’Il vit dans la chair, Dieu ne fera jamais rien qui interrompe l’œuvre de Dieu Lui-même, encore moins qui abandonne la volonté de Dieu le Père par la désobéissance. Il endurerait plutôt les souffrances de la chair que de trahir la volonté de Dieu le Père ; c’est exactement ce que Jésus a dit en priant : « Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi ! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. » Les gens font leurs propres choix, mais Christ ne le fait pas. Bien qu’Il ait l’identité de Dieu Lui-même, Il cherche toujours la volonté de Dieu le Père et accomplit ce qui Lui a été confié par Dieu le Père, dans la perspective de la chair. C’est quelque chose d’inaccessible à l’homme. Ce qui vient de Satan ne peut pas avoir l’essence de Dieu, ne peut avoir que ce qui désobéit et résiste à Dieu, ne peut pas obéir totalement à Dieu, encore moins être disposé à obéir à la volonté de Dieu. Tout homme, en dehors de Christ, peut faire ce qui résiste à Dieu, et pas un seul homme ne peut directement entreprendre le travail confié par Dieu ; pas un seul n’est en mesure de considérer la gestion de Dieu comme son propre devoir à accomplir. Se soumettre à la volonté de Dieu le Père est l’essence de Christ ; la désobéissance à Dieu est la caractéristique de Satan. Ces deux qualités sont incompatibles, et quiconque possède les qualités de Satan ne peut pas être appelé Christ. L’homme ne peut pas faire l’œuvre de Dieu à Sa place parce qu’il n’a rien de l’essence de Dieu. L’homme travaille pour Dieu par égard à ses intérêts personnels et à ses perspectives d’avenir, mais Christ œuvre pour faire la volonté de Dieu le Père.

Extrait de « L’essence de Christ est l’obéissance à la volonté du Père céleste », dans La Parole apparaît dans la chair

La chair revêtue par l’Esprit de Dieu est la propre chair de Dieu. L’Esprit de Dieu est suprême ; Il est tout-puissant, saint et juste. De même, Sa chair est également suprême, toute-puissante, sainte et juste. Une telle chair ne peut faire que ce qui est juste et bénéfique pour l’humanité, ce qui est saint, glorieux et puissant ; elle est incapable de faire quoi que ce soit qui viole la vérité, la moralité et la justice, encore moins de faire quoi que ce soit qui trahisse l’Esprit de Dieu. L’Esprit de Dieu est saint, donc Satan ne peut pas corrompre Sa chair ; Sa chair est d’une essence différente de la chair de l’homme. Car c’est l’homme qui est corrompu par Satan, et non pas Dieu ; Satan ne peut absolument pas corrompre la chair de Dieu. Ainsi, en dépit du fait que l’homme et Christ demeurent dans le même espace, seul l’homme est possédé, utilisé et piégé par Satan. Christ, en revanche, est éternellement impénétrable à la corruption de Satan, car Satan ne sera jamais capable de monter jusqu’au lieu très-haut, et il ne pourra jamais s’approcher de Dieu.

Extrait de « Un problème très grave : la trahison (2) », dans La Parole apparaît dans la chair

Dieu peut sauver l’homme corrompu de l’influence de Satan, mais cette œuvre ne peut pas être directement accomplie par l’Esprit de Dieu ; plutôt, elle ne peut être accomplie que par la chair dont l’Esprit de Dieu est vêtu, par la chair de Dieu incarné. Cette chair est homme et Dieu en même temps, est un homme qui possède une humanité normale et aussi Dieu qui possède la pleine divinité. Et donc, même si cette chair n’est pas l’Esprit de Dieu et diffère grandement de l’Esprit, elle est quand même le Dieu incarné Lui-même qui sauve l’homme, qui est l’Esprit et aussi la chair. Peu importe le nom qu’on Lui donne, en fin de compte, c’est toujours Dieu Lui-même qui sauve l’humanité, car l’Esprit de Dieu est indivisible de la chair et l’œuvre de la chair est aussi l’œuvre de l’Esprit de Dieu ; seulement, cette œuvre ne se fait pas en utilisant l’identité de l’Esprit, mais en utilisant l’identité de la chair.

Extrait de « L’humanité corrompue a davantage besoin du salut du Dieu incarné », dans La Parole apparaît dans la chair

Source : L'Église de Dieu Tout-Puissant

25-01-21

Parole de Dieu du jour | « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même I » | Extrait 27

Parole de Dieu du jour | « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même I » | Extrait 27

La bénédiction de Dieu sur Noé après le déluge

(Gen 9:1-6) Dieu bénit Noé et ses fils, et leur dit: Soyez féconds, multipliez, et remplissez la terre. Vous serez un sujet de crainte et d’effroi pour tout animal de la terre, pour tout oiseau du ciel, pour tout ce qui se meut sur la terre, et pour tous les poissons de la mer: ils sont livrés entre vos mains. Tout ce qui se meut et qui a vie vous servira de nourriture: je vous donne tout cela comme l’herbe verte. Seulement, vous ne mangerez point de chair avec son âme, avec son sang. Sachez-le aussi, je redemanderai le sang de vos âmes, je le redemanderai à tout animal ; et je redemanderai l’âme de l’homme à l’homme, à l’homme qui est son frère. Si quelqu’un verse le sang de l’homme, par l’homme son sang sera versé ; car Dieu a fait l’homme à son image.

Après que Noé a accepté les instructions de Dieu, a construit l’arche et a vécu les jours pendant lesquels Dieu a détruit le monde par un déluge, toute sa famille de huit personnes a survécu. En dehors de la famille de Noé, comptant huit personnes, l’humanité tout entière a été détruite et tous les êtres vivants sur la terre ont été détruits. À Noé, Dieu a donné des bénédictions et lui a dit des choses ainsi qu’à ses fils. Ces choses étaient ce que Dieu lui accordait et aussi la bénédiction de Dieu sur lui. C’est la bénédiction et la promesse que Dieu donne à quelqu’un qui peut L’écouter et accepter Ses instructions, et c’est aussi la façon dont Dieu récompense les gens. Autrement dit, indépendamment du fait que Noé était un homme parfait ou un homme juste aux yeux de Dieu, et peu importe combien il en savait au sujet de Dieu, en bref, Noé et ses trois fils ont tous écouté les paroles de Dieu, se sont coordonnés avec l’œuvre de Dieu et ont fait ce qu’ils étaient censés faire en conformité avec les instructions de Dieu. En conséquence, ils ont aidé Dieu à conserver des humains et toutes sortes d’êtres vivants après la destruction du monde par un déluge, apportant une grande contribution à la prochaine étape du plan de gestion de Dieu. En raison de tout ce qu’il avait fait, Dieu le bénit. Peut-être que pour les gens d’aujourd’hui, ce que Noé a fait n’était même pas digne d’être mentionné. Certains pensent peut-être : Noé n’a rien fait ; Dieu avait pris Sa décision de le protéger, alors il allait certainement être protégé. Sa survie ne relève pas de son mérite. C’est ce que Dieu voulait accomplir, parce que l’homme est passif. Mais ce n’est pas ce que Dieu pensait. Pour Dieu, peu importe que les gens soient grands ou insignifiants, tant qu’ils peuvent L’écouter, obéir à Ses instructions et à ce qu’Il confie et peuvent coopérer avec Son œuvre, Sa volonté et Son plan, de sorte que Sa volonté et Son plan peuvent être réalisés en douceur, alors cette conduite vaut qu’Il s’en souvienne et est digne de recevoir Sa bénédiction. Dieu valorise de telles gens et Il chérit leurs actions, leur amour et leur affection pour Lui. Telle est l’attitude de Dieu. Alors pourquoi Dieu a-t-Il béni Noé ? C’est ainsi que Dieu traite de telles actions et l’obéissance de l’homme.

En ce qui concerne la bénédiction de Dieu sur Noé, certains diront : « Si l’homme écoute Dieu et satisfait Dieu, alors Dieu devrait bénir l’homme. Cela ne va-t-il pas sans dire ? » Peut-on dire cela ? Certaines gens disent : « Non ! » Pourquoi ne pouvons-nous pas dire cela ? Certaines gens disent : « L’homme n’est pas digne de profiter de la bénédiction de Dieu. » Cela n’est pas tout à fait exact. Car quand une personne accepte ce que Dieu confie, Dieu a une norme pour juger si les actions de la personne sont bonnes ou mauvaises, si la personne a obéi, si la personne a satisfait à la volonté de Dieu et si ce qu’elle fait est qualifié. Dieu se soucie du cœur de la personne, et non pas de ses actions en surface. Il serait faux de croire que Dieu doive bénir les gens tant qu’ils le font eux, de quelque manière qu’ils le fassent. Telle est la fausse représentation qu’ont les gens de Dieu. Dieu ne regarde pas seulement les résultats ultimes des choses, mais Il met davantage l’accent sur la manière d’être du cœur des gens et sur l’attitude des gens au cours du développement des choses, et Il examine s’il y a l’obéissance, la considération et le désir de satisfaire Dieu dans leur cœur. Que connaissait Noé au sujet de Dieu à l’époque ? Autant que les doctrines que vous connaissez maintenant ? En ce qui concerne les aspects de la vérité tels que les concepts et les connaissances de Dieu, a-t-il reçu autant d’arrosage et de direction que vous ? Non. Mais un fait est indéniable : dans la conscience, dans les esprits, et même dans les profondeurs du cœur des gens d’aujourd’hui, leurs concepts de Dieu et leur attitude envers Dieu sont flous et ambigus. Vous pourriez même dire qu’une partie des gens ont une attitude négative envers l’existence de Dieu. Mais dans le cœur de Noé et dans sa conscience, l’existence de Dieu était absolue et ne faisait pas de doutes, et donc son obéissance envers Dieu était pure et pouvait résister à l’épreuve. Son cœur était pur et ouvert à Dieu. Il n’avait pas besoin de beaucoup de connaissance des doctrines pour se convaincre de suivre toute parole de Dieu ni n’avait besoin de beaucoup de faits pour prouver l’existence de Dieu, de sorte qu’il pouvait accepter ce que Dieu avait confié et était capable de faire tout ce que Dieu lui donnait à faire. Telle est la différence essentielle entre Noé et les gens d’aujourd’hui, et c’est aussi précisément la véritable définition de ce qu’est un homme parfait aux yeux de Dieu. Dieu veut des gens comme Noé. Il est le type de personne que Dieu loue et aussi précisément le genre de personne que Dieu bénit. Avez-vous reçu la moindre illumination de tout cela ? Les gens regardent les gens de l’extérieur, alors que ce que Dieu regarde est le cœur des gens et leur essence. Dieu ne permet pas à quiconque d’être tiède ou d’avoir des doutes à Son sujet ni ne permet aux gens de Le soupçonner ou de Le tester en aucune façon. Donc, même si les gens d’aujourd’hui sont face à face avec la parole de Dieu, ou vous pourriez même dire face à face avec Dieu, à cause de quelque chose de profond à l’intérieur de leur cœur, de l’existence de leur substance corrompue et de leur attitude hostile envers Lui, leur véritable croyance en Dieu a été obstruée et leur obéissance envers Lui a été bloquée. Pour cette raison, il est très difficile pour eux d’obtenir la même bénédiction que Dieu a accordée à Noé.

Extrait de « La Parole apparaît dans la chair »

Source : L'Église de Dieu Tout-Puissant

22-01-21

Comment peut-on réellement confirmer que Dieu Tout-Puissant est Jésus qui est revenu ?

Versets bibliques pour référence :

« J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant. Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité ; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu'il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir » (Jean 16:12-13).

« Mes brebis entendent ma voix ; je les connais, et elles me suivent » (Jean 10:27).

« Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Églises » (Apocalypse 2:7).

« Voici, le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David, a vaincu pour ouvrir le livre et ses sept sceaux » (Apocalypse 5:5).

« Je suis l’alpha et l’oméga, dit le Seigneur Dieu, celui qui est, qui était, et qui vient, le Tout Puissant » (Apocalypse 1:8).

Paroles de Dieu concernées :

Ce n’est pas difficile d’étudier une telle chose, mais cela exige que chacun d’entre nous connaisse cette vérité : Celui qui est l’incarnation de Dieu doit avoir l’essence de Dieu, et Celui qui est l’incarnation de Dieu doit avoir l’expression de Dieu. Puisque Dieu se fait chair, Il doit apporter l’œuvre qu’Il doit faire et, puisque Dieu se fait chair, Il doit exprimer ce qu’Il est et doit être capable d’apporter la vérité à l’homme, de donner la vie à l’homme et de montrer le chemin à l’homme. La chair qui ne contient pas l’essence de Dieu n’est sûrement pas le Dieu incarné ; il n’y a pas de doute à ce sujet. Pour savoir si c’est la chair du Dieu incarné, l’homme doit le déterminer à partir du tempérament qu’Il exprime ainsi que par Ses paroles. Autrement dit, l’on devrait s’appuyer sur Son essence pour savoir si oui ou non c’est la chair de Dieu incarné et si oui ou non c’est le vrai chemin. Et ainsi, en déterminant[a] si oui ou non c’est la chair de Dieu incarné, l’important est de prêter attention à Son essence (Son œuvre, Ses paroles, Son tempérament et beaucoup plus), plutôt que sur l’apparence extérieure. Si l’homme ne voit que Son aspect extérieur et oublie Son essence, alors cela montre l’ignorance et la naïveté de l’homme.

Extrait de la préface de « La Parole apparaît dans la chair »

Après l’œuvre de l’Éternel, Jésus est devenu chair pour réaliser Son œuvre parmi les hommes. Son œuvre n’a pas été réalisée de manière isolée, mais elle a été fondée sur l’œuvre de l’Éternel. C’était l’œuvre d’une nouvelle ère après que Dieu eut achevé l’ère de la Loi. De même, après que Jésus eut achevé Son œuvre, Dieu continua toujours Son œuvre pour l’ère suivante, parce que toute la gestion de Dieu progresse toujours. Au terme d’une ancienne ère arrive une nouvelle ère, et une fois que l’ancienne œuvre prend fin, une nouvelle œuvre continue la gestion de Dieu. Cette incarnation est la deuxième incarnation de Dieu après l’accomplissement de l’œuvre de Jésus. Bien sûr, cette incarnation ne se réalise pas de façon isolée, mais elle constitue la troisième étape de l’œuvre après l’ère de la Loi et l’ère de la Grâce. Chaque nouvelle étape de l’œuvre de Dieu inaugure toujours un nouveau départ et une nouvelle ère. Aussi y a-t-il également des changements correspondants dans le tempérament de Dieu, dans Sa façon de travailler, dans la localisation de Son œuvre et dans Son nom. Pas étonnant donc qu’il soit difficile pour l’homme d’accepter l’œuvre de Dieu dans la nouvelle ère. Mais quelle que soit la façon dont l’homme s’oppose à Lui, Dieu accomplit toujours Son œuvre et Il conduit toujours toute l’humanité vers l’avant. Quand Jésus vint parmi les hommes, Il inaugura l’ère de la Grâce et acheva l’ère de la Loi. Pendant les derniers jours, Dieu devient chair une fois de plus et, quand Il devient chair cette fois, Il acheva l’ère de la Grâce et inaugura l’ère du Règne. Tous ceux qui acceptent la seconde incarnation de Dieu seront conduits dans l’ère du Règne et pourront accepter personnellement la direction de Dieu. Bien que Jésus ait abattu une œuvre immense parmi les hommes, Il n’a fait que parachever la rédemption de toute l’humanité et est devenu le sacrifice d’expiation de l’homme, et Il n’a pas débarrassé l’homme de tout son tempérament corrompu. Pour sauver entièrement l’homme de l’influence de Satan, Il n’a pas suffi que Jésus se livre en sacrifice d’expiation pour les péchés des hommes, mais il a fallu également que Dieu s’emploie davantage à débarrasser l’homme totalement de son tempérament, qui avait été corrompu par Satan. Et donc, après que l’homme a reçu le pardon de ses péchés, Dieu est redevenu chair pour conduire l’homme dans la nouvelle ère et a commencé l’œuvre du châtiment et du jugement, et cette œuvre a mené l’homme dans un domaine plus élevé. Tous ceux qui se soumettent à Sa domination jouiront d’une vérité supérieure et recevront de bien meilleures bénédictions. Ils vivront véritablement dans la lumière et gagneront la vérité, le chemin et la vie.

Extrait de la préface de « La Parole apparaît dans la chair »

L’œuvre réalisée à présent a fait progresser l’œuvre de l’ère de la Grâce ; c’est-à-dire que l’œuvre sous la totalité du plan de gestion de six mille ans a avancé. Bien que l’ère de la Grâce soit terminée, l’œuvre de Dieu a évolué. Pourquoi est-ce que Je ne cesse de répéter que cette étape de l’œuvre est bâtie sur l’ère de la Grâce et l’ère de la Loi ? Cela signifie que l’œuvre de ce jour est une suite de l’œuvre réalisée à l’ère de la Grâce et une avancée par rapport à celle réalisée à l’ère de la Loi. Les trois étapes sont intimement interconnectées et chaque maillon de la chaîne est fermement rattaché au suivant. Pourquoi est-ce que Je dis également que cette étape de l’œuvre est bâtie sur celle réalisée par Jésus ? En supposant que cette étape n’était pas bâtie sur l’œuvre réalisée par Jésus, une autre crucifixion devrait avoir lieu à cette étape et l’œuvre de rédemption de l’étape précédente devrait être entièrement réalisée à nouveau. Cela n’aurait aucun sens. Et ainsi, cela ne signifie pas que l’œuvre est complètement terminée, mais que l’ère a avancé et que le niveau de l’œuvre a été élevé à un niveau encore plus haut qu’avant. On peut dire que cette étape de l’œuvre est bâtie sur la fondation de l’ère de la Loi et sur le rocher de l’œuvre de Jésus. L’œuvre est bâtie étape par étape et cette étape n’est pas un nouveau départ. Seule la combinaison des trois étapes de l’œuvre peut être considérée comme étant le plan de gestion de six mille ans. L’œuvre de cette étape est réalisée sur la fondation de l’œuvre de l’ère de la Grâce. Si ces deux étapes de l’œuvre n’étaient pas liées, alors pourquoi la crucifixion n’est-elle pas répétée à cette étape ? Pourquoi ne supporté-Je pas les péchés de l’homme, mais, au lieu de cela, viens-Je juger et châtier l’homme directement ? Si Mon œuvre consistant à juger et à châtier l’homme et le fait que Je vienne maintenant sans avoir été conçu du Saint-Esprit n’avaient pas suivi la crucifixion, alors Je n’aurais pas été apte à juger et à châtier l’homme. C’est précisément parce que Je ne forme qu’un avec Jésus que Je viens directement pour châtier et juger l’homme. L’œuvre à cette étape est entièrement bâtie sur l’œuvre de l’étape précédente. C’est pourquoi seule une œuvre de ce genre peut amener l’homme, pas à pas, au salut. Jésus et Moi venons d’un seul Esprit. Même si Nous ne sommes pas liés dans Nos chairs, Nos Esprits ne forment qu’un ; même si le contenu de ce que Nous faisons et l’œuvre que Nous assumons ne sont pas identiques, Nous sommes semblables en essence ; nos chairs revêtent des apparences différentes, mais cela est dû au changement d’ère et aux exigences différentes de Notre œuvre ; Nos ministères ne sont pas similaires, donc l’œuvre que Nous façonnons et le tempérament que Nous révélons à l’homme sont également différents. C’est la raison pour laquelle ce que l’homme voit et comprend en ce jour est différent de ce qu’il en était dans le passé ; il en est ainsi en raison du changement d’ère. Car malgré toutes les différences de genre et d’apparence de Leurs chairs, et bien qu’Ils ne proviennent pas de la même famille, encore moins de la même période, Leurs Esprits ne forment pourtant qu’un. Car bien que Leurs chairs ne partagent ni lien du sang ni lien de parenté quels qu’ils soient, on ne peut nier qu’Ils sont l’incarnation de Dieu à deux époques différentes. Le fait qu’Ils soient les chairs incarnées de Dieu est une vérité irréfutable, même s’Ils ne sont pas de la même lignée et ne partagent pas un langage humain commun (l’un était un homme qui parlait la langue des Juifs et l’autre une femme qui parle exclusivement le chinois). C’est pour ces raisons qu’Ils ont vécu dans des pays différents pour réaliser l’œuvre qu’il incombe à chacun de réaliser, et aussi à des époques différentes. Bien qu’Ils soient le même Esprit, possèdent la même essence, il n’y a absolument pas de ressemblance parfaite dans l’enveloppe extérieure de Leurs chairs. Tout ce qu’Ils partagent est la même humanité, mais en ce qui concerne l’apparence de Leurs chairs et les circonstances de Leur naissance, Ils sont différents. Ces éléments n’ont pas d’impact sur Leur œuvre respective ou sur la connaissance qu’a l’homme à Leur sujet, car en fin de compte, Ils sont le même Esprit et personne ne peut Les séparer. Même s’Ils ne sont pas liés par le sang, Leurs êtres entiers sont pris en charge par Leurs Esprits, ce qui leur assigne une œuvre différente à des périodes différentes et assigne Leurs Chairs à des lignées différentes. L’Esprit de l’Éternel n’est pas le père de l’Esprit de Jésus et l’Esprit de Jésus n’est pas le fils de l’Esprit de l’Éternel. Ils ne sont qu’un seul et même Esprit. De même que le Dieu incarné d’aujourd’hui et Jésus. Bien qu’Ils ne soient pas lés par le sang, Ils ne sont qu’un ; c’est parce que Leurs Esprits ne sont qu’un. Dieu peut réaliser l’œuvre de miséricorde et de bonté, ainsi que celle du jugement juste et du châtiment de l’homme, et celle appelant la malédiction sur l’homme ; et finalement, Il peut réaliser l’œuvre de destruction du monde et de punition des méchants. Ne fait-Il pas tout cela Lui-même ? Cela n’est-il pas la toute-puissance de Dieu ?

Extrait de « Les deux incarnations sont l’accomplissement de la signification de l’incarnation », dans La Parole apparaît dans la chair

Aux yeux du monde, l’œuvre de la seconde chair incarnée semble être tout à fait différente de la première, à tel point que les deux semblent n’avoir rien en commun, et rien de la première œuvre ne peut être vu cette fois. Bien que l’œuvre de la seconde chair incarnée soit différente de celle de la première, cela ne prouve pas que Leur source ne soit pas unique et identique. Que Leur source soit identique dépend de la nature de l’œuvre effectuée par les chairs et non de Leurs enveloppes extérieures. Au cours des trois étapes de Son œuvre, Dieu s’est incarné deux fois et, les deux fois, l’œuvre de Dieu incarné inaugure une nouvelle ère, commence une nouvelle œuvre ; les incarnations se complètent l’une et l’autre. Il est impossible à l’homme de dire que les deux chairs proviennent réellement de la même source. Inutile de dire que c’est au-delà de la capacité de l’œil humain ou de l’esprit humain. Mais dans Leur essence, Elles sont identiques, car Leur œuvre provient du même Esprit. Le fait que les deux chairs incarnées proviennent de la même source ne peut être apprécié par l’ère et le lieu où Elles sont nées, ni par d’autres facteurs de ce genre, mais par l’œuvre divine exprimée par Elles. La seconde chair incarnée ne réalise aucune œuvre accomplie par Jésus, car l’œuvre de Dieu n’obéit pas aux conventions, mais, chaque fois, elle inaugure un nouveau chemin. La seconde chair incarnée ne vise pas à approfondir ou à renforcer l’impression de la première chair dans les esprits des gens, mais à la compléter et à la perfectionner, à approfondir la connaissance que l’homme a de Dieu, à briser toutes les règles qui existent dans le cœur des gens et à effacer les images fallacieuses de Dieu dans leur cœur. On peut dire qu’aucune étape prise isolément de l’œuvre propre de Dieu ne peut donner à l’homme une connaissance complète de Lui ; chacune ne donne qu’une partie, pas l’intégralité. Bien que Dieu ait exprimé Son tempérament en intégralité, à cause des limites des facultés de l’homme à comprendre, sa connaissance de Dieu demeure incomplète. Il est impossible, par le langage humain, de transmettre l’intégralité du tempérament de Dieu ; comment une seule étape de Son œuvre peut-elle exprimer pleinement Dieu ? Il œuvre dans la chair sous la couverture de Son humanité normale, et on ne peut Le connaitre que par les expressions de Sa divinité, non par Son enveloppe corporelle. Dieu vient dans la chair pour permettre à l’homme de Le connaitre par Ses différentes œuvres, et aucune étape de Son œuvre ne ressemble à une autre. Ce n’est que de cette façon que l’homme peut avoir une pleine connaissance de l’œuvre de Dieu dans la chair, et qui n’est pas confinée à une seule facette. Bien que l’œuvre des deux chairs incarnées soit différente, l’essence des chairs et la source de Leur œuvre sont identiques ; c’est simplement qu’Elles existent pour réaliser deux étapes différentes de l’œuvre et surviennent à deux ères différentes. Quoi qu’il en soit, les chairs incarnées de Dieu partagent la même essence et la même origine – c’est une vérité que nul ne peut nier.

Extrait de « L’essence de la chair habitée par Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Cette fois, Dieu vient faire Son œuvre non dans un corps spirituel, mais dans un corps très ordinaire. Non seulement est-ce le corps de la deuxième incarnation de Dieu, mais aussi le corps dans lequel Dieu revient. C’est une chair très ordinaire. En Lui, tu ne peux rien voir qui est différent des autres, mais tu peux recevoir de Lui les vérités qui ne t’ont jamais été dites avant. Cette chair insignifiante est l’incarnation de toutes les paroles de vérité de Dieu, elle assume l’œuvre de Dieu dans les derniers jours et est une expression de tout le tempérament de Dieu que l’homme doit en arriver à connaître. Ne désirais-tu pas ardemment voir le Dieu du ciel ? Ne désirais-tu pas ardemment comprendre le Dieu du ciel ? Ne désirais-tu pas ardemment voir la destination de l’humanité ? Il te dévoilera tous ces secrets qu’aucun homme n’a pu te dévoiler, Il te dira aussi les vérités que tu ne comprends pas. Il est ta porte d’entrée dans le règne et ton guide dans la nouvelle ère. Une telle chair ordinaire renferme de nombreux mystères insondables. Ses actions peuvent être indéchiffrables pour toi, mais le but de toute l’œuvre qu’Il fait suffit pour que tu voies qu’Il n’est pas une simple chair comme le croit l’homme. Car Il représente la volonté de Dieu, ainsi que le soin apporté à l’humanité par Dieu dans les derniers jours. Bien que tu ne puisses pas entendre les paroles qu’Il dit et qui semblent secouer les cieux et la terre, bien que tu ne puisses pas voir Ses yeux comme des flammes ardentes ni sentir la discipline de Sa verge de fer, tu peux entendre la fureur de Dieu dans Ses paroles et savoir que Dieu a de la compassion pour l’humanité ; tu peux voir le tempérament juste de Dieu et Sa sagesse, et aussi te rendre compte du souci et de l’attention que Dieu a pour l’humanité tout entière.

Extrait de « Le savais-tu ? Dieu a fait une grande chose parmi les hommes », dans La Parole apparaît dans la chair

Dieu continue Ses déclarations, employant diverses méthodes et perspectives pour nous avertir de ce que nous devrions faire tout en donnant en même temps voix à Son cœur. Ses paroles tiennent un pouvoir vital, nous montrent le chemin que nous devrions emprunter et nous permettent de comprendre ce qu’est la vérité. Nous commençons à être attirés par Ses paroles, nous commençons à porter notre attention sur Son ton et Sa manière de parler et, inconsciemment, nous commençons à nous intéresser aux sentiments les plus profonds de cet homme quelconque. Il régurgite le sang de Son cœur en œuvrant pour nous, perd le sommeil et l’appétit à cause de nous, pleure pour nous, soupire pour nous, malade, Il gémit pour nous, endure l’humiliation au nom de notre destination et de notre salut, et notre apathie et notre rébellion font couler de Son cœur des larmes et du sang. Cette façon d’être et d’avoir n’appartient à aucune personne ordinaire, pas plus qu’elle ne peut être possédée ou atteinte par un être humain corrompu, quel qu’il soit. Il fait montre d’une tolérance et d’une patience qu’aucune personne ordinaire ne possède et Son amour n’est pas quelque chose dont est doté un être créé, quel qu’il soit. Personne, à part Lui, ne peut connaitre toutes nos pensées, avoir une compréhension si claire et si complète de notre nature et de notre essence, juger la rébellion et la corruption de l’humanité ou nous parler et œuvrer parmi nous comme cela au nom de Dieu qui est dans les cieux. Personne, à part Lui, n’est doté de l’autorité, de la sagesse et de la dignité de Dieu ; le tempérament de Dieu et ce que Dieu a et est se manifestent en Lui dans leur intégralité. Personne, à part Lui, ne peut nous montrer le chemin et nous apporter la lumière. Personne, à part Lui, ne peut révéler les mystères que Dieu n’a pas dévoilés, de la création à aujourd’hui. Personne, à part Lui, ne peut nous sauver de la servitude imposée par Satan et de notre propre tempérament corrompu. Il représente Dieu. Il exprime le cœur le plus profond de Dieu, les exhortations de Dieu et les paroles de jugement de Dieu envers l’humanité. Il a commencé un nouvel âge, une nouvelle ère et inauguré une terre et un ciel nouveaux et une nouvelle œuvre, et Il nous a apporté l’espoir, mettant fin à la vie que nous menions sans direction et permettant à tout notre être de voir, dans une clarté totale, le chemin du salut. Il a conquis tout notre être et gagné notre cœur. À partir de ce moment, notre esprit est devenu conscient et notre humeur semble être ranimée : cette personne ordinaire, insignifiante, qui vit parmi nous et que nous rejetons depuis longtemps, n’est-ce pas le Seigneur Jésus qui occupe toujours nos pensées, que nous soyons éveillés ou en train de rêver, et que nous désirons ardemment nuit et jour ? C’est Lui ! C’est vraiment Lui ! Il est notre Dieu ! Il est la vérité, le chemin et la vie !

Extrait de « Voir l’apparition de Dieu dans Son jugement et Son châtiment », dans La Parole apparaît dans la chair

J’étais autrefois connu comme l’Éternel. J’ai aussi été appelé le Messie, et les gens M’ont déjà appelé Jésus le Sauveur parce qu’ils M’aimaient et Me respectaient. Mais aujourd’hui, Je ne suis pas l’Éternel ou Jésus que les gens connaissaient dans le passé – Je suis le Dieu qui est revenu dans les derniers jours, le Dieu qui mettra fin à l’ère. Je suis le Dieu Lui-même qui Se lève des extrémités de la terre, rempli de tout Mon tempérament, et plein d’autorité, d’honneur et de gloire. Les gens ne sont jamais entrés en relation avec Moi, ne M’ont jamais connu et ont toujours ignoré Mon tempérament. Depuis la création du monde jusqu’à aujourd’hui, personne ne M’a jamais vu. C’est le Dieu qui apparaît à l’homme au cours des derniers jours, mais qui est caché parmi les hommes. Il vit parmi les hommes, vrai et réel, comme le soleil brûlant et le feu ardent, rempli de pouvoir et débordant d’autorité. Il n’y a pas une seule personne ou chose qui ne sera pas jugée par Mes paroles, et pas une seule personne ou chose qui ne sera pas purifiée par le feu ardent. Finalement, toutes les nations seront bénies grâce à Mes paroles et aussi brisées en pièces à cause de Mes paroles. De cette façon, tous les peuples, au cours des derniers jours, verront que Je suis le Sauveur revenu, Je suis le Dieu Tout-Puissant qui conquiert toute l’humanité, et J’ai déjà été l’offrande expiatoire pour l’homme, mais dans les derniers jours, Je deviens aussi les flammes du soleil qui brûle toutes choses, ainsi que le Soleil de justice qui expose toutes choses. Telle est Mon œuvre des derniers jours. J’ai pris ce nom et J’ai ce tempérament afin que tous les gens puissent voir que Je suis un Dieu juste, et que Je suis le Soleil brûlant et la flamme vive. C’est pour que tous M’adorent, le seul vrai Dieu, et pour qu’ils voient Ma vraie face : Je ne suis pas seulement le Dieu des Israélites, et Je ne suis pas seulement le Rédempteur – Je suis le Dieu de toutes les créatures dans les cieux, la terre et les mers.

Extrait de « Le Sauveur est déjà revenu sur une “nuée blanche” », dans La Parole apparaît dans la chair

À travers tout l’univers, J’accomplis Mon œuvre et, à l’Est, le tonnerre retentit sans fin, ébranlant toutes nations et confessions. C’est Ma voix qui a guidé tous les hommes vers le présent. Je ferai en sorte que tous les hommes soient conquis par Ma voix, qu’ils tombent dans ce courant et se soumettent devant Moi, car il y a longtemps que J’ai repris Ma gloire et que Je l’ai fait jaillir de nouveau à l’Est. Qui ne désire pas voir Ma gloire ? Qui n’attend pas impatiemment Mon retour ? Qui n’a pas soif de Ma réapparition ? Qui ne se languit pas de Ma beauté ? Qui ne viendrait pas à la lumière ? Qui ne contemplerait pas la richesse de Canaan ? Qui ne désire pas le retour du Rédempteur ? Qui n’adore pas le Grand Tout-Puissant ? Ma voix se diffusera sur toute la terre ; Je souhaite, devant Mes élus, leur adresser davantage de paroles. Comme les puissants tonnerres qui ébranlent les montagnes et les rivières, J’adresse Mes paroles à l’univers entier et à l’humanité. Par conséquent, les paroles de Ma bouche sont devenues le trésor de l’homme, et tous les hommes chérissent Mes paroles. L’éclair jaillit de l’Est jusque dans l’Ouest. Mes paroles sont telles que l’homme répugne à les abandonner. En même temps, il les trouve impénétrables, mais se réjouit en elles d’autant plus. Comme un enfant nouveau-né, tous les hommes sont heureux et joyeux et célèbrent Ma venue. Par Ma voix, Je ferai venir tous les hommes devant Moi. Dès lors, J’entrerai officiellement dans la race des hommes de sorte qu’ils viendront Me vénérer. Avec la gloire qui émane de Moi et les paroles de Ma bouche, Je ferai en sorte que tous les hommes viennent devant Moi et voient que l’éclair brille de l’Est et que Je suis aussi descendu sur le « Mont des Oliviers » qui est à l’Est. Ils verront que Je suis sur terre depuis longtemps déjà, non plus comme le Fils des Juifs, mais comme l’Éclair Oriental. Car Je suis ressuscité depuis longtemps et J’ai quitté le sein de l’humanité, puis Je Me suis à nouveau manifesté dans la gloire parmi les hommes. Je suis Celui à qui un culte a été rendu pendant des siècles avant aujourd’hui et Je suis aussi le nourrisson délaissé par les Israélites pendant des siècles avant aujourd’hui. De plus, Je suis le Dieu tout-puissant resplendissant de gloire de l’ère présente ! Que tous viennent devant Mon trône et voient Ma face glorieuse, entendent Ma voix et contemplent Mes actions. Telle est l’intégralité de Ma volonté ; c’est la fin et l’apogée de Mon plan, ainsi que l’objet de Ma gestion. Que toutes les nations Me vénèrent, que toute langue Me reconnaisse, que tout homme mette sa foi en Moi, et que tout peuple se soumette à Moi !

Extrait de « Les sept tonnerres grondent – prophétisant que l’

Évangile

du Règne se répandra à travers tout l’univers », dans La Parole apparaît dans la chair

Note de bas de page :

a. Dans le texte original : « quant à ».

Source : L'Église de Dieu Tout-Puissant

20-01-21

Lectures du jour | « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même I » | Extrait 26

Lectures du jour | « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même I » | Extrait 26

Dieu veut détruire le monde par un déluge, Il charge Noé de construire une arche

(Gen 6:9-14) Voici la postérité de Noé. Noé était un homme juste et intègre dans son temps ; Noé marchait avec Dieu. Noé engendra trois fils: Sem, Cham et Japhet. La terre était corrompue devant Dieu, la terre était pleine de violence. Dieu regarda la terre, et voici, elle était corrompue ; car toute chair avait corrompu sa voie sur la terre. Alors Dieu dit à Noé: La fin de toute chair est arrêtée par devers moi ; car ils ont rempli la terre de violence ; voici, je vais les détruire avec la terre. Fais-toi une arche de bois de gopher ; tu disposeras cette arche en cellules, et tu l’enduiras de poix en dedans et en dehors.

(Gen 6:18-22) Mais j’établis mon alliance avec toi ; tu entreras dans l’arche, toi et tes fils, ta femme et les femmes de tes fils avec toi. De tout ce qui vit, de toute chair, tu feras entrer dans l’arche deux de chaque espèce, pour les conserver en vie avec toi: il y aura un mâle et une femelle. Des oiseaux selon leur espèce, du bétail selon son espèce, et de tous les reptiles de la terre selon leur espèce, deux de chaque espèce viendront vers toi, pour que tu leur conserves la vie. Et toi, prends de tous les aliments que l’on mange, et fais-en une provision auprès de toi, afin qu’ils te servent de nourriture ainsi qu’à eux. C’est ce que fit Noé: il exécuta tout ce que Dieu lui avait ordonné.

Avez-vous maintenant une compréhension générale de Noé après avoir lu ces passages ? Quel genre de personne est Noé ? Le texte original dit : « Noé était un homme juste et intègre dans son temps » Selon la compréhension des gens à notre époque, quel genre de personne était un homme juste en ce temps-là ? Un homme juste doit être un homme parfait. Savez-vous si cet homme parfait était parfait aux yeux de l’homme ou parfait aux yeux de Dieu ? Sans aucun doute, cet homme parfait est un homme parfait aux yeux de Dieu et non aux yeux de l’homme. C’est là un fait certain ! Car l’homme est aveugle et ne peut pas voir et seulement Dieu considère la terre entière et chaque personne. Dieu seul sait que Noé est un homme parfait. Par conséquent, le plan de Dieu de détruire le monde par un déluge a commencé dès qu’Il a appelé Noé.

Que Noé ait été appelé est un fait simple, mais le principal point dont nous parlons – le tempérament de Dieu, Sa volonté et Son essence dans ce rapport – n’est pas simple. Pour comprendre ces différents aspects de Dieu, nous devons d’abord comprendre le genre de personne que Dieu désire appeler, et ainsi, comprendre Son tempérament, Sa volonté et Son essence. Cela est crucial. Donc, aux yeux de Dieu, quel genre de personne est cet homme qu’Il appelle ? Il doit être une personne qui peut écouter Ses paroles et qui peut suivre Ses instructions. En même temps, il doit aussi être une personne ayant un sens de responsabilité, quelqu’un qui réalisera la parole de Dieu en la traitant comme la responsabilité et le devoir qu’il est tenu de remplir. Alors, cette personne a-t-elle besoin d’être quelqu’un qui connaît Dieu ? Non. En ce temps-là, Noé n’avait pas entendu beaucoup d’enseignements de Dieu ou n’avait aucune expérience de l’œuvre de Dieu. Par conséquent, la connaissance que Noé avait de Dieu était minime. Bien qu’il soit rapporté ici que Noé marchait avec Dieu, a-t-il jamais vu la personne de Dieu ? La réponse est non, sans équivoque ! Parce que dans ce temps-là, seuls les messagers de Dieu venaient vers les gens. Alors qu’ils pouvaient représenter Dieu en disant et en faisant des choses, ils ne faisaient que transmettre la volonté de Dieu et Ses intentions. La personne de Dieu n’était pas révélée à l’homme face-à-face. Dans cette partie des Écritures, tout ce que nous voyons fondamentalement est ce que cette personne Noé devait faire et ce qu’étaient les instructions de Dieu pour lui. Alors, quelle était l’essence exprimée par Dieu ici ? Tout ce que Dieu fait est prévu avec précision. Quand Il voit une chose ou une situation se produire, Il a une norme pour la mesurer selon Sa perspective, et cette norme détermine s’Il commence un plan pour s’occuper d’elle ou pour traiter avec cette chose et cette situation. Il n’est pas indifférent ou entièrement exempt de sentiment. C’est en fait tout le contraire. Il y a un verset ici que Dieu a dit à Noé : « La fin de toute chair est arrêtée par devers moi ; car ils ont rempli la terre de violence ; voici, je vais les détruire avec la terre. » Dans les paroles de Dieu cette fois, a-t-Il dit qu’Il détruirait seulement les humains ? Non ! Dieu a dit qu’Il détruirait tous les êtres vivants faits de chair. Pourquoi Dieu voulait-Il la destruction ? Il y a une autre révélation du tempérament de Dieu ici : aux yeux de Dieu, il y a une limite à Sa patience devant la corruption de l’homme, devant la souillure, la violence et la désobéissance de toute chair. Quelle est Sa limite ? Comme Dieu l’a dit : « Dieu regarda la terre, et voici, elle était corrompue ; car toute chair avait corrompu sa voie sur la terre. » Que signifie la phrase : « car toute chair avait corrompu sa voie sur la terre » ? Cela signifie toute chose vivante, y compris ceux qui ont suivi Dieu, ceux qui ont invoqué le nom de Dieu, ceux qui jadis ont sacrifié des holocaustes à Dieu, ceux qui ont verbalement reconnu Dieu et même loué Dieu. Une fois que leur comportement serait plein de corruption et aurait atteint Dieu, Il lui faudrait les détruire. Telle est la limite de Dieu. Donc, jusqu’à quel point Dieu reste-t-Il patient avec l’homme et la corruption de toute chair ? Jusqu’au point où tous les gens, qu’ils soient des disciples de Dieu ou des non-croyants, ne marchent pas sur le droit chemin. Jusqu’au point où l’homme n’est pas seulement moralement corrompu et rempli de mal, mais où il n’y a personne qui croit en l’existence de Dieu, et encore moins quelqu’un qui croit que le monde est gouverné par Dieu et que Dieu peut amener les gens à la lumière et au droit chemin. Jusqu’au point où l’homme méprise l’existence de Dieu et ne permet pas à Dieu d’exister. Une fois que la corruption de l’homme a atteint ce point, la patience de Dieu est épuisée. Qu’est-ce qui la remplace ? La venue de la colère de Dieu et de la punition de Dieu. Cela n’est-il pas une révélation partielle du tempérament de Dieu ? À l’ère actuelle, y a-t-il encore un homme juste aux yeux de Dieu ? Y a-t-il encore un homme parfait aux yeux de Dieu ? Au cours de notre ère, le comportement de toute chair sur la terre est-il corrompu aux yeux de Dieu ? De nos jours, en dehors de ceux que Dieu veut rendre parfaits, ceux qui peuvent suivre Dieu et accepter Son salut, tous les gens de chair ne défient-ils pas la limite de la patience de Dieu ? Tout ce qui se passe près de vous, tout ce que vous voyez de vos yeux et entendez avec vos oreilles et tout ce que vous éprouvez tous les jours dans ce monde n’est-il pas plein de violence ? Aux yeux de Dieu, un tel monde, ne faut-il pas mettre un terme à une telle ère ? Bien que l’arrière-plan de l’ère actuelle soit complètement différent de l’arrière-plan du temps de Noé, les sentiments et la colère que Dieu ressent envers la corruption de l’homme restent exactement les mêmes qu’ils étaient en ce temps-là. Dieu est capable d’être patient à cause de Son œuvre, mais, en conformité avec toutes sortes de circonstances et de conditions, ce monde devrait avoir été détruit depuis longtemps aux yeux de Dieu. La situation est bien au-delà de ce qu’elle était au temps où le monde a été détruit par un déluge. Mais quelle est la différence ? Cela est aussi la chose qui attriste le plus le cœur de Dieu, et peut-être quelque chose qu’aucun d’entre vous ne peut comprendre.

Quand Il a détruit le monde par un déluge, Dieu pouvait faire appel à Noé pour construire une arche et faire une partie de l’œuvre de préparation. Dieu pouvait faire appel à un homme, Noé, pour faire cette liste de choses pour Lui. Mais à l’ère actuelle, Dieu n’a personne à qui faire appel. Pourquoi ? Chaque personne ici présente comprend probablement et connaît très bien la raison. Avez-vous besoin que Je vous l’épelle ? Le dire à haute voix pourrait vous faire perdre la face et bouleverser tout le monde. Certains pourraient dire : « Même si nous ne sommes pas des gens justes et si nous ne sommes pas des gens parfaits aux yeux de Dieu, si Dieu nous ordonne de faire quelque chose, nous serons capables de le faire. Plus tôt, quand Il a dit qu’un désastre catastrophique se produirait, nous avons commencé à préparer de la nourriture et des articles qui seraient nécessaires en cas de catastrophe. Tout cela n’était-il pas fait en conformité avec les exigences de Dieu ? Ne coopérions-nous pas vraiment avec l’œuvre de Dieu ? Ces choses que nous avons faites ne peuvent-elles pas être comparées à ce que Noé a fait ? Ce que nous avons fait n’est-il pas la véritable obéissance ? Ne suivions-nous pas les instructions de Dieu ? N’avons-nous pas fait ce que Dieu a dit parce que nous avons foi aux paroles de Dieu ? Alors pourquoi Dieu est-Il encore triste ? Pourquoi Dieu dit-Il qu’Il n’a personne à appeler ? » N’y a-t-il aucune différence entre vos actions et celles de Noé ? Quelle est la différence ? (La préparation de la nourriture aujourd’hui pour la catastrophe fut notre propre intention. Nos actions ne peuvent pas être qualifiées de « justes », alors que Noé est un homme juste aux yeux de Dieu.) Ce que tu as dit n’est pas trop loin du compte. Ce que Noé a fait est matériellement différent de ce que les gens font maintenant. Quand Noé a fait ce que Dieu avait ordonné, il ne savait pas quelles étaient les intentions de Dieu. Il ne savait pas ce que Dieu voulait accomplir. Dieu lui avait seulement donné un ordre, l’avait chargé de faire quelque chose, mais sans beaucoup d’explications, et il a pris l’initiative et l’a fait. Il n’a pas essayé de comprendre les intentions de Dieu en privé, et il n’a pas résisté à Dieu ou n’avait pas un cœur partagé. Il l’a tout simplement fait avec un cœur pur et simple. Tout ce que Dieu lui a permis de faire, il l’a fait, et sa conviction pour faire les choses était fondée sur l’obéissance et l’écoute de la parole de Dieu. C’est ainsi qu’il s’est occupé de ce que Dieu lui avait confié, franchement et simplement. Son essence, l’essence de ses actions était l’obéissance et non la remise en question, non la résistance, et en plus, non la considération de ses intérêts personnels et de ses gains et pertes. En outre, lorsque Dieu a dit qu’Il détruirait le monde par un déluge, Noé n’a pas demandé quand ni n’a essayé d’aller au fond de l’affaire, et il n’a certainement pas demandé à Dieu comment exactement Il détruirait le monde. Il a tout simplement fait comme Dieu l’avait instruit. Il a fait exactement ce que Dieu avait demandé, comme Il le voulait et avec ce qu’Il voulait, et il s’est également mis à agir immédiatement. Son attitude était de vouloir satisfaire Dieu. Est-ce qu’il l’a fait pour s’aider lui-même à éviter la catastrophe ? Non. A-t-il demandé à Dieu dans combien de temps le monde serait détruit ? Il ne Lui a pas demandé. A-t-il demandé à Dieu ou savait-il combien de temps il faudrait pour construire l’arche ? Il ne savait pas cela non plus. Il a tout simplement obéi, écouté et a agi conformément aux ordres donnés. Les gens d’aujourd’hui ne sont pas pareils : dès qu’un peu d’information est divulguée par la parole de Dieu, dès que les gens sentent un signe de perturbation ou une difficulté, ils entrent immédiatement en action, quoi qu’il en soit et quel que soit le prix, pour préparer ce qu’ils vont manger, boire et utiliser par la suite, prévoyant même leurs chemins d’évacuation au temps de la catastrophe. Ce qui est encore plus intéressant, c’est qu’à ce moment clé, les cerveaux humains sont très « utiles ». Dans des circonstances où Dieu n’a pas donné d’instructions, l’homme peut tout prévoir très adéquatement. Vous pourriez utiliser le mot « parfait » pour le décrire. Quant à ce que Dieu dit, à ce que sont les intentions de Dieu ou ce que Dieu veut, personne ne s’en soucie et personne ne cherche à l’apprécier. N’est-ce pas la plus grande différence entre les gens d’aujourd’hui et Noé ?

Dans ce rapport de l’histoire de Noé, voyez-vous une partie du tempérament de Dieu ? Il y a une limite à la patience de Dieu envers la corruption, la souillure et la violence de l’homme. Quand Il atteindra cette limite, il ne sera plus patient et commencera au lieu Sa nouvelle gestion et un nouveau plan, Il commencera à faire ce qu’Il doit faire, à révéler Ses actes et l’autre côté de Son tempérament. Cette action n’a pas pour objectif de démontrer qu’Il ne doive jamais être offensé par l’homme ou qu’Il soit plein d’autorité et de colère, non plus qu’elle n’a pour objectif de montrer qu’Il peut détruire l’humanité. Son tempérament et Sa sainte essence, dépourvus de patience, ne peuvent plus permettre à ce genre d’humanité de vivre devant Lui, de vivre sous Sa domination. Autrement dit, quand l’humanité tout entière sera contre Lui, quand il n’y aura personne qu’Il pourra sauver sur toute la terre, Il n’aura plus de patience pour une telle humanité, et, sans aucun doute, réalisera Son projet de détruire ce genre d’humanité. Un tel acte de Dieu est déterminé par Son tempérament. Telle est une conséquence nécessaire et une conséquence que chaque être-créé sous la domination de Dieu doit assumer. Cela ne montre-t-il pas qu’à l’âge actuel Dieu est impatient de compléter Son plan et sauver les gens qu’Il veut sauver ? Dans ces conditions, quel est le plus grand souci de Dieu ? Ce n’est pas la manière dont Le traitent ou Lui résistent ceux qui ne Le suivent pas du tout ou ceux qui s’opposent à Lui ou la manière dont l’humanité Le calomnie. Il ne se soucie que de ceux qui Le suivent, les bénéficiaires de Son salut dans Son plan de gestion, à savoir s’ils ont été rendus complets par Lui, s’ils ont acquis Sa satisfaction. En ce qui concerne les autres gens que ceux qui Le suivent, Il les punit tout simplement un peu de temps en temps pour exprimer Sa colère. Par exemple : tsunamis, tremblements de terre, éruptions volcaniques et ainsi de suite. En même temps, Il protège puissamment et veille sur ceux qui Le suivent et qu’Il est sur le point de sauver. Le tempérament de Dieu est tel : d’une part, Il peut démontrer une patience et une tolérance extrêmes envers les gens qu’Il a l’intention de rendre complets et les attendre aussi longtemps que ça Lui est possible ; d’autre part, Dieu hait profondément et déteste les hommes de la trempe de Satan qui ne Le suivent pas et s’opposent à Lui. Même s’Il ne se soucie pas de ce que ces hommes de la trempe de Satan Le suivent ou L’adorent ou non, Il la déteste quand même tout en étant patient avec elle dans Son cœur, et, alors qu’Il détermine la fin de ces hommes de la trempe de Satan, Il attend également l’arrivée des étapes de Son plan de gestion.

Extrait de « La Parole apparaît dans la chair »

Source : L'Église de Dieu Tout-Puissant


19-01-21

Témoignage chrétien en français 2020 « Le mystère des noms de Dieu »

Témoignage chrétien en français 2020 « Le mystère des noms de Dieu »

Le principal protagoniste est un chrétien fervent qui croit fermement à ce verset de la Bible : « Il n'y a de salut en aucun autre ; car il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés » (Actes 4:12). Il pense que dans la mesure où il défend toujours le nom du Seigneur Jésus, il peut être enlevé dans le royaume des cieux quand le Seigneur viendra. Un jour, de but en blanc, sa femme lui dit que Dieu a pris un nouveau nom dans les derniers jours, et il est plongé dans la confusion. Il ne tarde pas à découvrir dans l'Écriture que dans l'Ancien Testament, le nom de Dieu est « l'Éternel » tandis que dans le Nouveau Testament, Son nom est « Jésus ». Le nom de Dieu change bel et bien ! Il commence à laisser de côté ses notions pour chercher la vérité et finit par comprendre le mystère des noms de Dieu. Il accepte le nouveau nom de Dieu et ainsi, il participe au festin de noces de l'Agneau. Quel est donc le mystère des noms de Dieu ? Vous le découvrirez grâce à l'expérience de cet homme.

Source : L'Église de Dieu Tout-Puissant

18-01-21

Chant chrétiens 2020 — Ceux qui renient le Christ des derniers jours souffriront d'une punition éternelle

Bonsoir, frères et sœurs! Partagez la Parole et la Poésie de Dieu avec tout le monde, et puissions-nous tous trouver les traces de Dieu.

Chant chrétiens 2020 — Ceux qui renient le Christ des derniers jours souffriront d'une punition éternelle

Beaucoup de gens ne se soucient peut-être pas de ce que Dieu dit,
mais Dieu veut toujours dire à chaque soi-disant saint qui suit Jésus que,
quand vous verrez Jésus descendre du ciel
sur une nuée blanche de vos propres yeux,
ce sera l'apparition publique du Soleil de justice.
Peut-être que ce sera un moment de grande excitation pour toi,
mais tu dois savoir que
le moment où tu seras témoin de la descente de Jésus du ciel
est aussi le moment où tu descendras en enfer pour être puni.
Ce sera le temps de la fin du plan de gestion de Dieu
et ce sera quand Dieu récompensera le bien et punira les méchants.

Car le jugement de Dieu
aura pris fin avant que l'homme ne voie des signes,
quand il n'y aura que l'expression de la vérité.
Ceux qui acceptent la vérité et ne cherchent pas des signes,
et donc ont été purifiés,
iront devant le trône de Dieu et entreront dans les bras du Créateur.
Seuls ceux qui persistent à croire que
« le Jésus qui ne monte pas sur une nuée blanche est un faux Christ »
Seuls ceux qui persistent à croire que
« le Jésus qui ne monte pas sur une nuée blanche est un faux Christ »
seront soumis à un châtiment éternel,
car ils ne croient qu'au Jésus qui manifeste des signes,
mais ne reconnaissent pas le Jésus qui proclame le jugement sévère
et libère la vraie voie de la vie.
Et donc, Il est certain que Jésus s'occupera d'eux
quand Il reviendra ouvertement sur une nuée blanche.
Car ils ne croient qu'au Jésus qui manifeste des signes,
mais ne reconnaissent pas le Jésus qui proclame le jugement sévère
et libère la vraie voie de la vie.
Et donc, Il est certain que Jésus s'occupera d'eux
quand Il reviendra ouvertement sur une nuée blanche.

Extrait de « Suivre l'Agneau et chanter des cantiques nouveaux »

Source : L'Église de Dieu Tout-Puissant

Posté par Chenlie à 16:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17-01-21

Le mystère de l’incarnation (4)

KB047H-B--ZB20201018-FR-GY

Le mystère de l’incarnation (4)

Vous devriez connaître le fond de l’histoire de la Bible et de sa création. Cette connaissance n’appartient pas à ceux qui n’ont pas accepté la nouvelle œuvre de Dieu. Ils ne savent pas. Si tu leur parlais clairement de ces questions essentielles, ils ne seraient plus à cheval sur la Bible avec toi. Ils scrutent constamment ce qui a été prophétisé : cette assertion-ci s’est-elle concrétisée ? Cette assertion-là s’est-elle concrétisée ? Leur acceptation de l’Évangile est conforme à la Bible, et ils prêchent l’Évangile selon la Bible. Ils dépendent des paroles de la Bible pour croire en Dieu ; sans la Bible, ils ne croiront pas en Dieu. C’est de cette manière qu’ils vivent, soumettant la Bible à leur examen insignifiant. Quand ils scruteront encore une fois la Bible et te demanderont des explications, tu diras : « D’abord, ne vérifions pas chaque assertion. Plutôt, regardons comment le Saint-Esprit œuvre. Comparons le chemin sur lequel nous marchons avec la vérité pour voir si ce chemin est effectivement l’œuvre du Saint-Esprit, et utilisons l’œuvre du Saint-Esprit pour vérifier si un tel chemin est correct. Quant à savoir si cette assertion-ci ou cette assertion-là a été concrétisée comme prédit, nous les humains ne devrions pas interférer. Il est préférable pour nous de parler plutôt de l’œuvre du Saint-Esprit et de la dernière œuvre que Dieu est en train de faire. » Les prophéties de la Bible sont des paroles de Dieu transmises à l’époque par les prophètes et des paroles écrites par les hommes que Dieu a utilisés et qui ont été inspirés ; seul Dieu Lui-même peut expliquer ces paroles, seul le Saint-Esprit peut révéler le sens de ces paroles et seul Dieu Lui-même peut briser les sept sceaux et ouvrir le rouleau. Tu dis : « Tu n’es pas Dieu, et moi non plus, alors qui ose expliquer à la légère les paroles de Dieu ? Oses-tu expliquer ces paroles ? Même si les prophètes Jérémie, Jean et Élie étaient ici, ils n’oseraient pas essayer d’expliquer ces paroles, car ils ne sont pas l’Agneau. Seul l’Agneau peut briser les sept sceaux et ouvrir le rouleau, et personne d’autre ne peut expliquer Ses paroles. Je n’ose pas usurper le nom de Dieu, encore moins essayer d’expliquer les paroles de Dieu. Je peux seulement être quelqu’un qui obéit à Dieu. Es-tu Dieu ? Aucune des créatures de Dieu n’ose ouvrir le rouleau ou expliquer ces paroles, et donc Je n’ose les expliquer non plus. Tu ferais mieux de ne pas tenter de les expliquer. Personne ne devrait tenter de les expliquer. Parlons de l’œuvre du Saint-Esprit ; cela, l’homme peut le faire. Je connais quelque peu l’œuvre de l’Éternel et de Jésus, mais comme Je n’ai pas d’expérience personnelle de cette œuvre, Je ne peux en parler que dans une faible mesure. En ce qui concerne le sens des paroles prononcées par Ésaïe ou Jésus à l’époque, je ne donnerai aucune explication. Je n’étudie pas la Bible ; mais Je Me tiens plutôt au courant au sujet de l’œuvre présente de Dieu. Tu considères réellement la Bible comme le petit rouleau, mais n’est-ce pas vrai qu’il ne peut être ouvert que par l’Agneau ? En dehors de l’Agneau, qui d’autre peut l’ouvrir ? Tu n’es pas l’Agneau, et encore moins oserais-Je prétendre être Dieu Lui-même, par conséquent, cessons d’analyser la Bible ou de la soumettre à un examen insignifiant. Il vaut beaucoup mieux discuter de l’œuvre accomplie par le Saint-Esprit, c’est-à-dire, la présente œuvre accomplie par Dieu Lui-même. Jetons un regard sur les principes et l’essence de l’œuvre de Dieu, puis faisons la comparaison avec ces derniers pour voir si le chemin sur lequel nous marchons en ce jour est juste, et ainsi assurons-nous qu’il l’est. » Si vous souhaitez prêcher l’évangile, en particulier à ceux dans le monde religieux, vous devez comprendre la Bible et avoir une maîtrise de son histoire de fond, sinon, tu seras incapable de prêcher l’évangile. Une fois que tu gagneras un aperçu du portrait global, ne scruteras pas les paroles mortes de la Bible d’une manière insignifiante et ne parleras que de l’œuvre de Dieu et de la vérité de la vie, alors tu seras en mesure de gagner ceux qui cherchent avec un cœur sincère.

Vous devriez comprendre l’œuvre de l’Éternel, les lois qu’Il a décrétées, les principes par lesquels Il a guidé la vie des hommes, le contenu de l’œuvre qu’Il a faite à l’ère de la Loi, ce que signifie le fait qu’Il ait établi les lois, la signification de Son œuvre à l’ère de la Grâce et l’œuvre que Dieu fait dans cette étape finale. La première étape est l’œuvre de l’ère de la Loi, la deuxième, l’œuvre de l’ère de la Grâce et la troisième, l’œuvre des derniers jours. Vous devez comprendre ces étapes de l’œuvre de Dieu. Du début à la fin, il y a trois étapes au total. Quelle est l’essence de chaque étape de l’œuvre ? Combien d’étapes sont accomplies dans l’œuvre du plan de gestion de six mille ans ? Comment est accomplie chaque étape et pourquoi chacune est-elle accomplie d’une manière particulière ? Ce sont toutes des questions cruciales. L’œuvre de chaque ère est représentative. Quelle œuvre l’Éternel a-t-Il accomplie ? Pourquoi l’a-t-Il accomplie de cette manière particulière ? Pourquoi était-Il appelé l’Éternel ? Encore une fois, quelle œuvre Jésus a-t-Il accomplie dans l’ère de la Grâce et comment l’a-t-Il accomplie ? Quels aspects du tempérament de Dieu sont représentés par chaque étape de l’œuvre et chaque ère ? Quels aspects de Son tempérament ont été exprimés à l’ère de la Loi ? Et lesquels à l’ère de la Grâce ? Et lesquels à l’ère finale ? Ces questions de fond sont celles que vous devez comprendre. Tout le tempérament de Dieu a été révélé au cours du plan de gestion de six mille ans. Il n’est pas révélé seulement dans l’ère de la Grâce, ni seulement dans l’ère de la Loi, ou encore moins seulement dans cette période des derniers jours. L’œuvre accomplie dans les derniers jours représente le jugement, la colère et le châtiment. L’œuvre accomplie dans les derniers jours ne peut pas remplacer l’œuvre de l’ère de la Loi ou de l’ère de la Grâce. Cependant, les trois étapes, étroitement liées entre elles, ne forment qu’une seule entité et les trois sont l’œuvre accomplie par un seul Dieu. Naturellement, l’exécution de cette œuvre est divisée en ères distinctes. L’œuvre des derniers jours mène tout à sa fin ; celle de l’ère de la Loi était l’œuvre du commencement et celle de l’ère de la Grâce était l’œuvre de la rédemption. En ce qui concerne les visions de l’œuvre durant tout ce plan de gestion de six mille ans, personne ne peut en avoir un aperçu ou une compréhension. Ces visions sont toujours restées des mystères. Dans les derniers jours, seule l’œuvre de la parole est faite pour inaugurer l’ère du Règne, mais elle ne représente pas toutes les ères. Les derniers jours ne sont pas plus que les derniers jours et pas plus que l’ère du Règne et ils ne représentent pas l’ère de la Grâce ou l’ère de la Loi. Les derniers jours ne sont que le temps où toute l’œuvre du plan de gestion de six mille ans vous est révélée. C’est le dévoilement du mystère. Aucun homme ne peut dévoiler ce genre de mystère. Peu importe la compréhension que les hommes ont de la Bible, elle ne reste rien de plus que des mots, car les hommes ne comprennent pas l’essence de la Bible. Quand les hommes lisent la Bible, ils peuvent comprendre quelques vérités, expliquer certains mots ou soumettre quelques passages et citations célèbres à leur examen insignifiant, mais ils ne seront jamais en mesure de dégager le sens de ces paroles, car les hommes ne voient que des paroles sans vie, et non les scènes de l’œuvre de l’Éternel et de Jésus, et les hommes sont incapables de percer le mystère de cette œuvre. Par conséquent, le mystère du plan de gestion de six mille ans est le plus grand mystère, le plus profondément caché et tout à fait incompréhensible par l’homme. Personne ne peut directement comprendre la volonté de Dieu sauf si Dieu l’explique Lui-même aux hommes et leur en révèle le sens, sinon, elle restera à jamais une énigme et un mystère scellé pour les hommes. Oublions les hommes du monde religieux. Si l’on ne vous avait pas renseigné aujourd’hui, vous ne comprendriez pas non plus. Cette œuvre de six mille ans est plus mystérieuse que toutes les prophéties des prophètes. Elle est le plus grand mystère depuis la création jusqu’à présent, et aucun des prophètes à travers les âges n’a jamais été en mesure de le comprendre, car ce mystère n’est dévoilé que dans l’ère de la fin et n’a jamais été révélé auparavant. Si vous pouvez comprendre ce mystère et pouvez le recevoir en son intégralité, toutes les personnes religieuses seront vaincues par ce mystère. Il n’y a que cela qui soit la plus grande des visions, ce que l’homme désire le plus ardemment comprendre, mais aussi ce qui est le moins clair pour lui. Quand vous étiez à l’ère de la Grâce, vous ne saviez pas en quoi consistait l’œuvre accomplie par Jésus ni celle faite par l’Éternel. Les gens ne comprenaient pas pourquoi l’Éternel avait établi les lois, pourquoi Il avait demandé à la multitude de garder les lois ou pourquoi le temple devait être construit, et les hommes comprenaient encore moins pourquoi les Israélites furent conduits hors d’Égypte dans le désert, puis en Canaan. Ce n’est qu’en ce jour que ces questions sont révélées.

Le travail des derniers jours est la dernière étape des trois. C’est l’œuvre d’une autre nouvelle ère et ne représente pas toute l’œuvre de gestion. Le plan de gestion de six mille ans est divisé en une œuvre à trois étapes. Aucune étape par elle-même ne peut représenter l’œuvre des trois ères ; elle peut seulement représenter une partie d’un tout. Le nom de l’Éternel ne peut pas représenter tout le tempérament de Dieu. Qu’Il ait réalisé Son œuvre dans l’ère de la Loi ne prouve pas que Dieu puisse être Dieu seulement sous la garde de la loi. L’Éternel a établi des lois pour les hommes et leur a transmis des commandements, demandant aux hommes de construire le temple et des autels ; l’œuvre qu’Il a faite ne représente que l’ère de la Loi. Cette œuvre qu’Il a faite ne prouve pas que Dieu soit seulement un Dieu qui demande à l’homme d’observer la loi, ou qu’Il soit le Dieu dans le temple ou qu’Il soit le Dieu devant l’autel. Dire cela serait faux. L’œuvre faite selon la loi ne peut représenter qu’une seule ère. Par conséquent, si Dieu avait seulement fait l’œuvre dans l’ère de la Loi, les hommes limiteraient Dieu à la définition suivante et diraient : « Dieu est le Dieu dans le temple, et pour servir Dieu, nous devons porter des vêtements sacerdotaux et entrer dans le temple. » Si l’œuvre de l’ère de la Grâce n’avait jamais été réalisée et que l’ère de la Loi avait continué jusqu’à présent, les hommes ne sauraient pas que Dieu est aussi miséricordieux et aimant. Si l’œuvre de l’ère de la Loi n’avait pas été faite, et seulement celle de l’ère de la Grâce avait été faite, les hommes sauraient seulement que Dieu peut racheter les hommes et pardonner les péchés des hommes. Les hommes sauraient seulement qu’Il est saint et innocent, et qu’Il peut Se sacrifier et être crucifié pour les hommes. L’homme ne saurait que cela et n’aurait une compréhension de rien d’autre. Chaque ère représente donc une partie du tempérament de Dieu. L’ère de la Loi représente certains aspects du tempérament de Dieu, l’ère de la Grâce certains aspects, puis l’ère actuelle d’autres aspects. Le tempérament de Dieu ne peut être pleinement révélé que par la combinaison des trois étapes. Quand les hommes en arrivent à connaître les trois étapes, alors seulement peuvent-ils le comprendre pleinement. Aucune des trois étapes ne peut être omise. Vous verrez le tempérament de Dieu dans sa totalité seulement une fois que vous connaîtrez ces trois étapes de l’œuvre. L’achèvement de l’œuvre de Dieu à l’ère de la Loi ne prouve pas qu’Il soit seulement le Dieu sous la garde de la loi, et l’achèvement de Son œuvre de rédemption ne signifie pas que Dieu rachètera toujours l’humanité. Toutes ces conclusions viennent des hommes. L’ère de la Grâce étant arrivée à sa fin, tu ne peux pas dire alors que Dieu appartient seulement à la croix et que seule la croix représente le salut de Dieu. Si tu dis cela, tu définis Dieu. Dans l’étape actuelle, Dieu fait principalement l’œuvre de la parole, mais tu ne peux pas dire alors que Dieu n’a jamais été miséricordieux envers les hommes et qu’Il n’a apporté que le châtiment et le jugement. L’œuvre des derniers jours dévoile l’œuvre de l’Éternel et de Jésus et tous les mystères que les hommes ne comprennent pas afin de révéler la destination et la fin de l’humanité et de conclure toute l’œuvre du salut parmi les hommes. Cette étape de l’œuvre dans les derniers jours mène tout à sa fin. Tous les mystères que les hommes ne comprennent pas doivent être dévoilés pour permettre aux hommes de les sonder à fond et d’avoir une compréhension totalement claire dans leur cœur. Alors seulement la race humaine peut être classée selon le genre. Après que le plan de gestion de six mille ans aura été achevé, alors seulement les hommes comprendront le tempérament de Dieu dans sa totalité, car Sa gestion aura alors pris fin. Maintenant que vous avez connu l’œuvre de Dieu dans l’ère de la fin, quel est le tempérament de Dieu ? Oses-tu dire que Dieu est le Dieu qui ne dit que des paroles et pas plus ? Tu n’oserais pas tirer une telle conclusion. Certains diraient que Dieu est le Dieu qui dévoile les mystères, que Dieu est l’Agneau et Celui qui brise les sept sceaux. Mais personne n’ose tirer cette conclusion. D’autres diraient peut-être que Dieu est la chair incarnée, mais cela ne serait toujours pas correct. D’autres encore diraient que Dieu incarné ne dit que des paroles et n’opère aucun signe ni prodige, mais toi, tu oserais encore moins parler ainsi, car Jésus devint chair et opéra des signes et des prodiges, tu n’oserais donc pas définir Dieu si légèrement. Toute l’œuvre accomplie tout au long du plan de gestion de six mille ans a été achevée seulement maintenant. Quand toute cette œuvre aura été révélée aux hommes et réalisée parmi les hommes, alors seulement l’humanité connaîtra tout le tempérament de Dieu et ce qu’Il a et est. Lorsque l’œuvre de cette étape aura été entièrement terminée, tous les mystères que les hommes ne comprenaient pas auront été révélés, toutes les vérités qui leur échappaient précédemment auront été clairement expliquées, et le chemin futur et la destination des hommes leur auront été indiqués. C’est l’œuvre entière qui doit être faite à l’étape actuelle. Bien que le chemin sur lequel l’homme marche aujourd’hui soit aussi le chemin de la croix et de la souffrance, ce que l’homme pratique, mange, boit et dont il se délecte aujourd’hui est très différent de ce que l’homme a expérimenté sous la loi et à l’ère de la Grâce. Ce qui est exigé de l’homme aujourd’hui est différent de ce qui était exigé dans le passé et encore plus différent de ce qui était exigé de l’homme à l’ère de la Loi. Or, qu’est-ce qui était exigé de l’homme sous la loi lorsque Dieu accomplissait Son œuvre en Israël ? On ne lui demandait rien de plus que d’observer le sabbat et les lois de l’Éternel. Personne ne devait travailler le jour du sabbat ou transgresser les lois de l’Éternel. Mais ce n’est pas ainsi maintenant. Le jour du sabbat, l’homme travaille, se rassemble et prie comme d’habitude, et aucune restriction ne lui est imposée. Durant l’ère de la Grâce, les hommes devaient être baptisés, et en plus, on leur demandait de jeûner, de rompre le pain, de boire du vin, de se couvrir la tête et de laver les pieds des autres. Maintenant, ces règles ont été abolies, mais de plus grandes exigences sont faites à l’homme, car l’œuvre de Dieu s’approfondit continuellement et l’entrée de l’homme atteint des hauteurs toujours plus élevées. Dans le passé, Jésus imposait les mains sur les hommes et priait, mais, maintenant que tout a été dit, quelle est l’utilisation de l’imposition des mains ? Les paroles seules peuvent obtenir des résultats. Quand Il imposait les mains sur les hommes dans le passé, c’était pour bénir les hommes et aussi pour les guérir de leurs maladies. Le Saint-Esprit travaillait de cette manière en ce temps-là, mais plus maintenant. Aujourd’hui, le Saint-Esprit utilise des paroles dans Son œuvre pour obtenir des résultats. Ses paroles vous ont été exprimées clairement et vous devriez les mettre en pratique tout comme on vous l’a dit. Ses paroles sont Sa volonté ; elles sont l’œuvre qu’Il veut faire. Par Ses paroles, tu comprendras Sa volonté et ce qu’Il te demande d’atteindre. Tout simplement, tu mets Ses paroles en pratique directement, sans la nécessité de l’imposition des mains. Certains peuvent dire : « Impose-moi les mains ! Impose-moi les mains afin que je puisse recevoir Ta bénédiction et que j’aie part avec Toi. » Ce sont toutes des pratiques dépassées, désuètes maintenant, car l’ère a changé. Le Saint-Esprit œuvre en fonction de l’ère, pas seulement au hasard ni conformément à des règles établies. L’ère a changé et une nouvelle ère apporte nécessairement une nouvelle œuvre. C’est vrai pour toutes les étapes de l’œuvre et donc Son œuvre ne se répète jamais. À l’ère de la Grâce, une grande partie de l’œuvre de Jésus était de guérir les malades, de chasser les démons, d’imposer les mains sur l’homme pour prier pour lui et de bénir l’homme. Cependant, continuer à faire la même chose ne servirait à rien aujourd’hui. Le Saint-Esprit a fait Son œuvre de cette façon en ce temps-là, car c’était l’ère de la Grâce, et il y avait suffisamment de grâce pour que l’homme en bénéficie. L’homme n’avait aucun prix à payer et pouvait recevoir la grâce tant qu’il avait la foi. Tous furent traités très aimablement. Maintenant, l’ère a changé et l’œuvre de Dieu a encore progressé. C’est par le châtiment et le jugement que la rébellion de l’homme et les choses impures à l’intérieur de l’homme seront chassées. Comme c’était l’étape de la rédemption, il incombait à Dieu d’œuvrer de cette manière, accordant assez de grâce pour que les hommes en profitent, afin que les hommes soient rachetés du péché et que, par la grâce, leurs péchés soient pardonnés. La raison d’être de l’étape actuelle, c’est de révéler les iniquités au sein de l’homme par le châtiment, le jugement, la correction verbale, ainsi que par la discipline et la révélation des paroles, afin que l’humanité puisse ensuite être sauvée. Cette œuvre est plus en profondeur que la rédemption. À l’ère de la Grâce, l’homme a suffisamment tiré profit de la grâce ; maintenant que l’homme a déjà expérimenté cette grâce, il n’a plus besoin d’en tirer profit. Cette œuvre est maintenant dépassée et ne doit plus être faite. Maintenant, l’homme doit être sauvé par le jugement de la parole. Après que l’homme est jugé, châtié et épuré, son tempérament se trouve modifié. N’est-ce pas grâce aux paroles que J’ai dites ? Chaque étape de l’œuvre est faite en conformité avec le progrès de l’humanité tout entière et avec l’ère. Toute l’œuvre a une signification ; elle est faite entièrement pour le salut final, afin qu’à l’avenir, l’humanité ait une bonne destination, et pour que les hommes soient divisés en fonction de leur genre à la fin.

L’œuvre des derniers jours est de prononcer des paroles. Les paroles peuvent effectuer de grands changements dans l’homme. Les changements effectués maintenant dans ces gens quand ils reçoivent ces paroles sont beaucoup plus grands que ceux des gens à l’ère de la Grâce quand ils voyaient les signes et les prodiges, car, à l’ère de la Grâce, les démons étaient chassés des hommes par l’imposition des mains et la prière, mais les tempéraments corrompus des hommes demeuraient toujours. Les hommes étaient guéris de leurs maladies et leurs péchés étaient pardonnés, mais le travail sur la manière de chasser les tempéraments sataniques corrompus en eux n’était pas encore fait. Les hommes étaient sauvés et leurs péchés étaient pardonnés seulement à cause de leur foi, mais la nature pécheresse des hommes n’était pas extirpée et demeurait toujours en lui. Les péchés des hommes étaient pardonnés par Dieu incarné, mais cela ne signifiait pas que les hommes n’avaient plus de péchés en eux. Les péchés de l’homme pouvaient être pardonnés par le sacrifice d’expiation, mais quant à la manière d’en arriver à ne plus pécher et la manière d’extirper sa nature pécheresse et de la transformer, cela restait un problème insoluble. Les péchés des hommes ont été pardonnés à cause de l’œuvre de la crucifixion de Dieu, mais les hommes ont continué à vivre selon leur tempérament satanique corrompu du passé. Donc, les hommes doivent être complètement sauvés de leur tempérament satanique corrompu afin que leur nature pécheresse soit extirpée à jamais, et ne puisse plus se développer, permettant ainsi au tempérament des hommes d’être transformé. Cela exige que les hommes comprennent le chemin de la croissance dans la vie, la voie de la vie et la façon de changer leur tempérament. Cela exige aussi que les hommes agissent conformément à cette voie afin que leur tempérament puisse changer progressivement, que les hommes puissent vivre sous l’éclat de la lumière, qu’ils puissent faire toutes choses en accord avec la volonté de Dieu, qu’ils puissent rejeter leur tempérament satanique corrompu, qu’ils puissent se dégager de l’influence des ténèbres de Satan et ainsi sortir complètement du péché. Alors seulement les hommes recevront le salut en plénitude. Lorsque Jésus accomplissait Son œuvre, les hommes Le connaissaient encore de manière vague et imprécise. Les hommes ont toujours cru qu’Il était le fils de David et ont proclamé qu’Il était un grand prophète, le Seigneur bienveillant qui rachetait les péchés des hommes. Certains, grâce à leur foi, ont été guéris simplement en touchant le bord de Son vêtement ; les aveugles ont retrouvé la vue et même les morts sont revenus à la vie. Cependant, les hommes ne pouvaient pas découvrir le tempérament satanique corrompu profondément enraciné en eux ni ne savaient comment le chasser. Les hommes ont reçu de nombreuses grâces comme la paix et le bonheur de la chair, la bénédiction de toute la famille à cause de la foi d’un seul, la guérison des maladies et ainsi de suite. Le reste relevait des bonnes actions des hommes et de leur apparence pieuse ; si quelqu’un pouvait vivre sur ces fondations, alors il était considéré comme un bon croyant. Seuls de tels croyants pouvaient entrer au ciel après la mort, ce qui signifiait qu’ils étaient sauvés. Mais, durant leur vie, ces gens ne comprenaient pas du tout la voie de la vie. Ils ne faisaient que commettre des péchés pour ensuite les confesser, répétant constamment le cycle sans faire aucun progrès vers le changement de leur tempérament ; telle était la condition des hommes à l’ère de la Grâce. Les hommes ont-ils été complètement sauvés ? Non ! Par conséquent, lorsque cette étape est terminée, reste le travail de jugement et de châtiment. Cette étape purifie les hommes par la parole pour donner à l’homme un chemin à suivre. Cette étape ne serait pas fructueuse ou signifiante si elle continuait l’expulsion des démons, car la nature pécheresse des hommes ne serait pas extirpée et les hommes se limiteraient au pardon des péchés. Par le sacrifice d’expiation, les péchés des hommes ont été pardonnés, car l’œuvre de la crucifixion a déjà pris fin et Dieu l’a emporté sur Satan. Mais le tempérament corrompu des hommes demeure en eux et les hommes peuvent encore pécher et résister à Dieu ; Dieu n’a pas acquis l’humanité. Voilà pourquoi à cette étape de l’œuvre Dieu utilise la parole pour dévoiler le tempérament corrompu des hommes et les faire pratiquer en conformité avec la bonne voie. Cette étape est plus signifiante que la précédente, et plus fructueuse, car c’est maintenant la parole qui approvisionne directement la vie des hommes et qui permet au tempérament des hommes d’être complètement renouvelé ; c’est une étape beaucoup plus complète de l’œuvre. Par conséquent, l’incarnation dans les derniers jours a achevé la signification de l’incarnation de Dieu et a terminé complètement le plan de gestion de Dieu pour sauver l’humanité.

Le salut des hommes par Dieu n’est pas fait directement par les moyens de l’Esprit ou par l’identité de l’Esprit, car les hommes ne peuvent pas toucher Son Esprit, Le voir, ni se rapprocher de Lui. S’Il tentait de sauver les hommes directement à la manière de l’Esprit, les hommes seraient incapables de recevoir Son salut. Si Dieu ne prenait pas la forme extérieure d’un homme créé, les hommes seraient incapables de recevoir ce salut, car ils ne peuvent pas du tout s’approcher de Lui, tout comme personne ne pouvait s’approcher de la nuée de l’Éternel. Ce n’est qu’en devenant un être humain créé, c’est-à-dire que ce n’est qu’en mettant Sa parole dans la chair qu’Il prendra, qu’Il peut imprégner de Sa parole tous ceux qui Le suivent. Alors seulement les hommes peuvent voir et entendre Sa parole par eux-mêmes, et en plus posséder Sa parole, et ainsi être complètement sauvés. Si Dieu ne devenait chair, personne de chair et de sang ne pourrait recevoir un si grand salut, et personne ne serait sauvé. Si l’Esprit de Dieu travaillait directement parmi les hommes, tous les hommes seraient foudroyés ou complètement capturés par Satan, parce que les hommes sont incapables de s’associer avec Dieu. La première incarnation avait pour but de racheter les hommes du péché, de les racheter par le corps charnel de Jésus, c’est-à-dire que depuis la croix, Il a sauvé les hommes, mais le tempérament satanique corrompu est resté en eux. Le but de la deuxième incarnation n’est plus de servir de sacrifice d’expiation, mais de sauver complètement ceux qui ont été rachetés du péché. C’est ainsi pour que ceux qui sont pardonnés puissent être délivrés de leurs péchés, complètement purifiés et, en obtenant un changement de tempérament, se dégager de l’influence des ténèbres de Satan et retourner devant le trône de Dieu. L’homme peut être pleinement sanctifié seulement de cette manière. À l’ère de la Grâce après que l’ère de la Loi prit fin, Dieu a commencé l’œuvre du salut qui se continue jusqu’aux derniers jours quand Il purifiera complètement l’humanité en jugeant et châtiant les hommes pour leur rébellion. Alors seulement Dieu achèvera Son œuvre du salut et entrera dans le repos. Par conséquent, dans les trois étapes de l’œuvre, Dieu S’est fait chair seulement deux fois pour réaliser Lui-même Son œuvre parmi les hommes. La raison en est qu’une seule des trois étapes est destinée à guider les hommes dans leur vie, alors que les deux autres sont l’œuvre du salut. Ce n’est qu’en devenant chair que Dieu peut vivre aux côtés des hommes, faire l’expérience de la souffrance du monde et vivre dans un corps charnel normal. Seulement de cette manière peut-Il délivrer aux hommes le chemin pratique dont ils ont besoin en tant qu’êtres créés. Les hommes reçoivent le salut complet de Dieu grâce à l’incarnation de Dieu, et non directement du ciel qui répond à leurs prières, car, les hommes étant charnels, ils sont incapables de voir l’Esprit de Dieu et encore moins capables de s’approcher de Son Esprit. Les hommes ne peuvent s’associer qu’avec la chair incarnée de Dieu et c’est seulement ainsi que les hommes peuvent comprendre toutes les voies et toutes les vérités et recevoir la plénitude du salut. La seconde incarnation suffira pour débarrasser les hommes de leurs péchés et pour pleinement les purifier. Par conséquent, la seconde incarnation mènera à sa fin toute l’œuvre de Dieu dans la chair et complètera la signification de l’incarnation de Dieu. Dès lors, l’œuvre de Dieu dans la chair aura entièrement pris fin. Après la seconde incarnation, Il ne deviendra pas chair de nouveau pour Son œuvre, car toute Sa gestion aura pris fin. L’incarnation des derniers jours aura pleinement gagné Son peuple élu et tous les hommes dans les derniers jours auront été classés selon leur genre. Il ne fera plus l’œuvre du salut et Il ne reviendra plus dans la chair pour réaliser aucune œuvre. Dans l’œuvre des derniers jours, la parole est plus puissante que la manifestation des signes et des prodiges, et l’autorité de la parole surpasse celle des signes et des prodiges. La parole révèle tous les tempéraments corrompus profondément enfouis dans le cœur de l’homme. Tu es incapable de les reconnaître par toi-même. Quand ils te seront exposés par la parole, tu les découvriras naturellement ; tu ne pourras pas les nier et tu seras tout à fait convaincu. N’est-ce pas l’autorité de la parole ? C’est le résultat de l’œuvre de la parole aujourd’hui. Par conséquent, les hommes ne peuvent pas être complètement sauvés de leurs péchés par la guérison de la maladie et l’expulsion des démons, et ne peuvent pas non plus être rendus entièrement complets par la manifestation de signes et de prodiges. L’autorité de guérir et de chasser les démons ne donne aux hommes que la grâce, mais la chair des hommes appartient toujours à Satan et le tempérament satanique corrompu reste encore dans l’homme. En d’autres termes, ce qui n’a pas été purifié se rattache encore au péché et à l’infamie. Ce n’est qu’après avoir été purifié par le biais des paroles que l’homme peut être gagné par Dieu et être sanctifié. Quand les démons étaient chassés des hommes et les hommes rachetés, cela signifie seulement que les hommes étaient tirés des mains de Satan et remis à Dieu. Cependant, sans avoir été purifiés ou transformés par Dieu, ils restent en tant qu’hommes corrompus. La saleté, l’opposition et la rébellion existent toujours dans les hommes ; les hommes ne sont retournés à Dieu que par Sa rédemption, mais ils n’ont pas la moindre connaissance de Dieu et sont encore capables de s’opposer à Lui et de Le trahir. Avant que les hommes aient été rachetés, Satan les avait déjà remplis de ses poisons et, après des milliers d’années de corruption par Satan, les hommes ont en eux une nature établie qui s’oppose à Dieu. Par conséquent, lorsque les hommes ont été rachetés, ce ne fut rien de plus qu’un cas de rédemption payant un prix élevé pour racheter l’homme alors que sa nature empoisonnée à l’intérieur n’était pas éliminée. L’homme qui est tellement souillé doit subir une transformation avant d’être digne de servir Dieu. Grâce à cette œuvre de jugement et de châtiment, les hommes prendront pleinement conscience de l’essence souillée et corrompue en eux-mêmes et ils pourront changer complètement et être purifiés. L’homme peut être digne de retourner devant le trône de Dieu seulement de cette manière. Toute l’œuvre effectuée aujourd’hui vise la purification et la transformation des hommes ; grâce au jugement et au châtiment par la parole, ainsi que grâce à l’épurement, l’homme peut rejeter sa corruption et être purifié. Plutôt que de considérer cette étape de l’œuvre comme celle du salut, il serait plus approprié de dire que c’est l’œuvre de la purification. En vérité, cette étape est celle de la conquête, ainsi que la deuxième étape dans l’œuvre du salut. L’homme est gagné par Dieu grâce au jugement et au châtiment par la parole. Par l’utilisation de la parole pour épurer, juger et dévoiler, toutes les impuretés, les notions, les motifs, et les espoirs individuels dans le cœur de l’homme sont complètement révélés. Même si l’homme a été racheté et si ses péchés ont été pardonnés, c’est seulement considéré comme si Dieu avait oublié les transgressions de l’homme et n’avait pas traité l’homme en conformité avec ses transgressions. Toutefois, lorsque l’homme vit dans un corps charnel et qu’il n’a pas été libéré du péché, il ne peut que continuer à pécher, révélant sans cesse son tempérament satanique corrompu. C’est la vie que l’homme mène, un cycle sans fin de péché et de pardon accordé. La majorité de l’humanité pèche dans la journée pour simplement se confesser dans la soirée. Ainsi, même si le sacrifice d’expiation est toujours efficace pour l’homme, il ne peut pas sauver l’homme du péché. Seulement la moitié de l’œuvre du salut a été achevée, car l’homme a encore un tempérament corrompu. Par exemple, quand les gens ont su qu’ils descendaient de Moab, ils ont proféré des paroles de plainte, n’ont plus cherché la vie et sont devenus complètement négatifs. Cela ne montre-t-il pas que l’humanité est encore incapable de se soumettre entièrement à la domination de Dieu ? N’est-ce pas là précisément son tempérament satanique corrompu ? Lorsque tu n’étais pas soumis au châtiment, tes mains étaient élevées au-dessus de toutes les autres, même de celles de Jésus. Et tu as crié d’une voix forte : « Sois un fils bien-aimé de Dieu ! Sois un ami intime de Dieu ! Nous préférerions mourir plutôt que de nous prosterner devant Satan ! Révolte-toi contre l’ancien Satan ! Révolte-toi contre le grand dragon rouge ! Que le grand dragon rouge perde misérablement le pouvoir ! Que Dieu nous rende complets ! » Tes cris étaient plus forts que tous les autres. Mais vint ensuite le temps du châtiment et, encore une fois, a été révélé le tempérament corrompu des gens. Puis, leurs cris ont cessé, et ils n’avaient plus aucune résolution. C’est la corruption de l’homme ; plus profonde que le péché, elle est plantée par Satan et profondément enracinée dans l’homme. Il est difficile à l’homme de prendre conscience de ses péchés ; il est incapable de reconnaître sa propre nature profondément enracinée et il doit compter sur le jugement par la parole pour obtenir ce résultat. L’homme peut dorénavant être progressivement transformé seulement de cette manière. L’homme a crié ainsi dans le passé parce qu’il ne comprenait pas son tempérament originel corrompu. Telles sont les impuretés dans l’homme. Tout au long d’une si longue période de jugement et de châtiment, l’homme a vécu dans une atmosphère de tension. Tout cela n’a-t-il pas été réalisé par le biais de la parole ? N’as-tu pas aussi crié d’une voix très forte avant l’épreuve des exécutants ? « Entre dans le royaume ! Tous ceux qui acceptent ce nom entreront dans le royaume ! Tous auront une part en Dieu ! » Lorsque vint l’épreuve des exécutants, tu cessas de crier. Au tout début, tous crièrent, « Oh Dieu ! Où que Tu me places, je me soumettrai à Ta conduite. » En lisant les paroles de Dieu : « Qui sera Mon Paul ? » les hommes ont dit : « Je suis disposé ! » Puis ils ont vu les paroles : « Et qu’en est-il de la foi de Job ? » Alors ils ont dit : « Je suis prêt à prendre sur moi la foi de Job. Dieu, éprouve-moi, s’il Te plaît ! » Lorsque l’épreuve des exécutants est arrivée, ils ont immédiatement succombé et ont eu beaucoup de mal à se relever. Après cela, peu à peu, les impuretés dans leur cœur ont progressivement diminué. Cela n’a-t-il pas été réalisé par la parole ? En conséquence, ce que tu as expérimenté aujourd’hui est le résultat acquis par la parole, même plus grand que ce qui a été acquis par Jésus faisant des signes et des prodiges. La gloire de Dieu et l’autorité de Dieu Lui-même que tu vois ne sont pas simplement vues à travers la crucifixion, la guérison de la maladie et la délivrance des démons, mais plus encore à travers le jugement par Sa parole. Cela te montre que non seulement l’œuvre des signes, la guérison de la maladie et la délivrance des démons sont l’autorité et la puissance de Dieu, mais que le jugement de la parole de Dieu est mieux en mesure de représenter l’autorité de Dieu et de révéler Sa toute-puissance.

La stature de l’homme d’aujourd’hui, la connaissance, l’amour, la loyauté, l’obéissance, ainsi que la vision, tout ce que l’homme a atteint aujourd’hui, sont les résultats qui viennent du jugement par la parole. Si tu es capable de loyauté et de rester debout jusqu’à ce jour, c’est grâce à la parole. Maintenant, l’homme voit que l’œuvre de Dieu incarné est en effet extraordinaire. Beaucoup de choses en elle ne peuvent pas être atteintes par l’homme ; ce sont des mystères et des prodiges. Par conséquent, plusieurs se sont soumis. Certains ne se sont jamais soumis à aucun homme depuis leur naissance, mais quand ils voient les paroles de Dieu aujourd’hui, ils se soumettent pleinement sans s’en rendre compte et ils ne se hasardent pas à examiner ou à dire quoi que ce soit de plus. L’humanité est tombée devant la parole et gît prostrée devant le jugement par la parole. Si l’Esprit de Dieu parlait directement aux hommes, ils se soumettraient tous à la voix, tombant sans parole de révélation, tout comme Paul est tombé au sol devant la lumière, sur le chemin de Damas. Si Dieu continuait à faire Son œuvre de cette manière, l’homme ne serait jamais capable de reconnaître sa propre corruption via le jugement par la parole et ainsi obtenir le salut. C’est seulement en devenant chair que Dieu peut porter personnellement Ses paroles aux oreilles de tous les êtres humains, afin que tous ceux qui ont des oreilles puissent entendre Ses paroles et recevoir Son œuvre de jugement par la parole. Un tel résultat n’est atteint que par Sa parole, plutôt que par la manifestation de l’Esprit terrifiant l’homme dans la soumission. C’est seulement par cette œuvre concrète et extraordinaire que l’ancien tempérament de l’homme, caché profondément en lui pendant de nombreuses années, peut être pleinement exposé, de sorte que l’homme puisse le reconnaître et le faire changer. Tout cela est l’œuvre concrète de Dieu incarné par laquelle, en parlant et en exécutant le jugement d’une manière pratique, Il atteint les résultats du jugement de l’homme par la parole. Telle est l’autorité de Dieu incarné et la signification de l’incarnation de Dieu. C’est fait dans le but de faire connaître l’autorité de Dieu incarné, de faire connaître les résultats obtenus par l’œuvre de la parole, et pour faire connaître que l’Esprit est venu dans la chair et démontre Son autorité en jugeant l’homme par la parole. Bien que Sa chair ait la forme extérieure d’une humanité ordinaire et normale, ce sont les résultats que Ses paroles obtiennent qui montrent à l’homme qu’Il est plein d’autorité, qu’Il est Dieu Lui-même et que Ses paroles sont l’expression de Dieu Lui-même. Cela montre à tous les hommes qu’Il est Dieu Lui-même, qu’Il est Dieu Lui-même fait chair, qu’Il ne souffre aucune offense de la part de personne, et que personne ne peut surpasser Son jugement par la parole, et aucune force de ténèbres ne peut l’emporter sur Son autorité. L’homme se soumet à Lui entièrement parce qu’Il est la Parole devenue chair, en raison de Son autorité et en raison de Son jugement par la parole. L’œuvre accomplie par Sa chair incarnée est l’autorité qu’Il possède. Il devient chair parce que la chair peut également posséder l’autorité, et Il est capable de réaliser l’œuvre parmi les hommes d’une manière pratique, de sorte qu’elle est visible et tangible pour l’homme. Cette œuvre est beaucoup plus réaliste que l’œuvre directement effectuée par l’Esprit de Dieu qui possède toute autorité, et ses résultats sont également visibles. La raison en est que la chair incarnée de Dieu peut parler et œuvrer de façon pratique. La forme extérieure de Sa chair n’a pas d’autorité et l’homme peut s’en approcher, alors que Son essence a vraiment de l’autorité, mais personne ne voit Son autorité. Quand Il parle et quand Il œuvre, l’homme est incapable de détecter l’existence de Son autorité ; cela L’aide à faire une œuvre de nature pratique. Et toute cette œuvre pratique peut produire des résultats. Même si personne ne se rend compte qu’Il détient l’autorité ou ne voit pas qu’Il ne peut pas être offensé, ou ne voit pas Sa colère, Il obtient de Ses paroles les résultats qu’Il escomptait par Son autorité voilée, Sa colère camouflée et par les paroles qu’Il prononce ouvertement. En d’autres termes, l’homme est tout à fait convaincu par Son ton de voix, la sévérité de Son discours et toute la sagesse de Ses paroles. De cette façon, l’homme se soumet à la parole de Dieu incarné qui apparemment n’a pas d’autorité, et ainsi le but de Dieu de sauver l’homme est atteint. C’est un autre aspect du sens de Son incarnation : parler de façon plus réaliste et permettre à la réalité de Ses paroles d’avoir un effet sur les hommes afin que les hommes puissent être témoins de la puissance de la parole de Dieu. Donc, cette œuvre, si elle n’était pas faite par l’incarnation, n’atteindrait aucun résultat et ne pourrait pas sauver les pécheurs pleinement. Si Dieu ne devenait pas chair, Il demeurerait l’Esprit à la fois invisible et intangible pour l’homme. L’homme étant une créature de chair, l’homme et Dieu appartiennent à deux mondes différents et ils possèdent une nature différente. L’Esprit de Dieu est incompatible avec l’homme de chair et il n’y a tout simplement aucun moyen d’établir une relation entre eux, sans mentionner que l’homme ne peut pas devenir un esprit. Cela étant ainsi, afin de faire Son œuvre originale, l’Esprit de Dieu doit devenir un être créé. Dieu peut aussi bien accéder à la plus haute place que S’humilier Lui-même pour devenir un être humain, accomplissant Son œuvre parmi les hommes et vivant parmi eux, mais l’homme ne peut pas accéder à la plus haute place et devenir un esprit, et il peut encore moins accéder à la place la plus basse. C’est pourquoi Dieu doit devenir chair pour réaliser Son œuvre. De la même manière, durant la première incarnation, seule la chair de Dieu incarné pouvait racheter l’homme par Sa crucifixion, alors qu’il n’était pas possible que l’Esprit de Dieu soit crucifié comme un sacrifice d’expiation pour l’homme. Dieu pouvait directement devenir chair pour servir de sacrifice d’expiation pour les hommes, mais les hommes ne pouvaient pas monter directement au ciel pour recevoir le sacrifice d’expiation que Dieu avait préparé pour eux. Ainsi, tout ce qui était possible, c’était de demander à Dieu de faire quelques allers-retours entre le ciel et la terre, et non de laisser l’homme monter au ciel pour recevoir ce salut, car l’homme était tombé et de plus, l’homme ne pouvait simplement pas monter au ciel, encore moins obtenir le sacrifice d’expiation. Par conséquent, il était nécessaire que Jésus vienne parmi les hommes et fasse personnellement l’œuvre qui ne pouvait tout simplement pas être accomplie par l’homme. Chaque fois que Dieu devient chair, c’est absolument nécessaire. Si l’une des étapes avait pu être réalisée directement par l’Esprit de Dieu, Il n’aurait pas supporté les indignités d’être incarné.

Dans cette dernière étape de l’œuvre, les résultats sont atteints par le biais de la parole. Par la parole, l’homme en vient à comprendre de nombreux mystères et l’œuvre de Dieu dans les générations passées ; par la parole, l’homme est éclairé par le Saint-Esprit ; par la parole, l’homme en vient à comprendre les mystères jamais percés par les générations passées, ainsi que le travail des prophètes et des apôtres des temps passés, et les principes qui ont fondé leur travail ; par la parole, l’homme en vient aussi à connaître le tempérament de Dieu Lui-même, ainsi que la rébellion et la résistance de l’homme, et il en vient à connaître sa propre essence. Grâce à ces étapes de l’œuvre et à toutes les paroles prononcées, l’homme en vient à connaître l’œuvre de l’Esprit, l’œuvre de la chair incarnée de Dieu, et, même plus, tout Son tempérament. Par la parole, tu as aussi acquis ta connaissance de l’œuvre de gestion de Dieu de plus de six mille ans. N’est-ce pas par la parole aussi que tu as pris connaissance de tes vieilles notions et que tu as réussi à les mettre de côté ? Dans l’étape précédente, Jésus a fait des signes et des prodiges, mais il n’y a pas de signes et prodiges dans l’étape actuelle. Ta compréhension des raisons pour lesquelles Dieu ne révèle ni signes ni prodiges n’est-elle pas due aussi à la parole ? Par conséquent, les paroles prononcées dans l’étape actuelle dépassent le travail accompli par les apôtres et les prophètes des générations passées. Même les prophéties proclamées par les prophètes ne pourraient pas avoir obtenu de tels résultats. Les prophètes ne parlaient que de prophéties, ils parlaient d’évènements futurs, mais non de l’œuvre que Dieu voulait faire en ce temps-là. Ils n’ont pas parlé non plus pour conduire l’humanité dans sa vie, pour donner des vérités à l’humanité ou pour révéler des mystères aux hommes, et encore moins pour donner la vie. Dans les paroles prononcées à l’étape actuelle, il y a la prophétie et la vérité, mais surtout, ces paroles servent à donner la vie aux hommes. Les paroles à l’heure actuelle ne sont pas comme les prophéties des prophètes. L’œuvre de l’étape actuelle n’est pas pour les prophéties, mais pour la vie de l’homme, pour transformer le tempérament de vie de l’homme. La première étape a été l’œuvre de l’Éternel : Son œuvre consistait à préparer un chemin afin que l’homme adore Dieu sur la terre. C’était l’œuvre du commencement pour trouver un lieu d’origine pour l’œuvre sur la terre. En ce temps-là, l’Éternel a enseigné aux Israélites à observer le sabbat, à honorer leurs parents et à vivre en paix les uns avec les autres. En effet, les gens de cette époque ne comprenaient pas ce qui constituait l’homme ni ne savaient comment vivre sur la terre. Il était nécessaire, dans la première étape de l’œuvre, qu’Il conduise l’humanité dans sa vie. Tout ce que l’Éternel leur a dit était nouveau pour les hommes, n’avait jamais été en leur possession. À cette époque, Dieu a appelé plusieurs prophètes pour proclamer des prophéties, et ils l’ont tous fait sous la direction de l’Éternel. Cela n’était qu’une partie de l’œuvre de Dieu. Dans la première étape, Dieu n’est pas devenu chair, et donc Il a parlé à toutes les tribus et toutes les nations par les prophètes. Quand Jésus a fait Son œuvre à Son époque, Il n’a pas parlé autant que dans nos jours. Cette étape de l’œuvre de la parole dans les derniers jours n’a jamais été faite dans les ères et les générations passées. Bien qu’Ésaïe, Daniel et Jean aient prononcé de nombreuses prophéties, leurs prophéties étaient tout à fait différentes des paroles prononcées aujourd’hui. Ils ont prononcé seulement des prophéties, mais les paroles aujourd’hui n’en sont pas. Si je transformais tout ce que Je dis aujourd’hui en prophéties, pourriez-vous comprendre ? Si ce dont Je parlais concernait des choses postérieures à Mon départ, comment pourrais-tu comprendre ? L’œuvre de la parole n’a jamais été faite à l’époque de Jésus ou à l’ère de la Loi. Certains diront peut-être : « L’Éternel n’a-t-Il pas Lui aussi prononcé des paroles au temps de Son œuvre ? En plus de guérir les malades, de chasser les démons et de faire des signes et des prodiges, Jésus n’a-t-Il pas aussi prononcé des paroles au temps de Son œuvre ? » Il existe des différences dans la façon de prononcer les paroles. Quelle était l’essence des paroles prononcées par l’Éternel ? Il ne faisait que diriger l’humanité dans sa vie sur la terre, ce qui ne comportait pas de questions spirituelles au sujet de la vie. Pourquoi dit-on que l’Éternel a parlé pour instruire les gens dans tous les lieux ? Le mot « instruire » signifie donner des explications claires et commander directement. Il n’a pas approvisionné la vie de l’homme ; plutôt, il a tout simplement pris l’homme par la main et a enseigné à l’homme à Le vénérer sans avoir trop recours à des paraboles. L’œuvre de l’Éternel en Israël n’était pas de traiter ou de discipliner l’homme, ou de rendre Son jugement et Son châtiment ; c’était de le diriger. L’Éternel a ordonné à Moïse de dire à Son peuple de ramasser la manne dans le désert. Chaque matin, avant le lever du soleil, ils devaient ramasser la manne, juste assez pour les besoins de ce jour-là. La manne ne pouvait pas être conservée jusqu’au lendemain, car elle deviendrait infecte. Il n’a pas enseigné aux gens ou exposé leur nature, et Il n’a pas exposé leurs idées et leurs pensées non plus. Il n’a pas changé les gens, mais les a guidés en dirigeant leur vie. En ce temps-là, les gens étaient comme des enfants, ne comprenant rien et ne pouvant faire que des mouvements mécaniques de base, et donc l’Éternel n’a décrété que des lois pour diriger les multitudes.

Afin de répandre l’évangile, de telle sorte que tous ceux qui cherchent avec un cœur sincère puissent acquérir des connaissances de l’œuvre accomplie aujourd’hui et être pleinement convaincus, tu dois comprendre le fond de l’histoire, l’essence et l’importance de l’œuvre réalisée dans chaque étape. Fais en sorte qu’en écoutant ton échange, les autres peuvent comprendre l’œuvre de l’Éternel et l’œuvre de Jésus et, même plus, toute l’œuvre du Dieu d’aujourd’hui, ainsi que les liens et les différences entre les trois étapes de l’œuvre. Fais en sorte qu’après avoir écouté, les autres voient que les trois étapes ne se perturbent pas l’une l’autre, mais que toutes sont l’œuvre du même Esprit. Bien qu’Ils œuvrent à différentes ères, le contenu de l’œuvre qu’Ils réalisent est différent et les paroles qu’Ils prononcent sont différentes, mais les principes qui fondent Leur œuvre sont une seule et même chose. Ce sont les plus grandes visions que tous les gens qui suivent Dieu devraient comprendre.

Source : L'Église de Dieu Tout-Puissant

 

16-01-21

Lectures du jour | « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même I » | Extrait 23

Lectures du jour | « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même I » | Extrait 23

Le commandement de Dieu à Adam

(Gen 2:15-17) « L’Éternel Dieu prit l’homme, et le plaça dans le jardin d’Éden pour le cultiver et pour le garder. L’Éternel Dieu donna cet ordre à l’homme: Tu pourras manger de tous les arbres du jardin ; mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras. »
Avez-vous compris quoi que ce soit de ces versets ? Comment cette partie des Écritures vous fait-elle vous sentir ? Pourquoi « le commandement de Dieu à Adam » a-t-il été extrait des Écritures ? Avez-vous tous maintenant un aperçu de Dieu et d’Adam dans votre esprit ? Vous pouvez essayer d’imaginer : si vous étiez la personne apparaissant dans cette scène, comment serait le Dieu présent dans votre cœur ? Quelles émotions cette image vous fait-elle ressentir ? C’est une image touchante et réconfortante. Bien qu’il n’y ait que Dieu et l’homme en elle, l’intimité entre eux est si digne d’envie : l’amour abondant de Dieu est gratuitement accordé à l’homme, entoure l’homme ; l’homme est naïf et innocent, libre et insouciant, vivant sereinement sous les yeux de Dieu ; Dieu démontre qu’Il se soucie de l’homme, tandis que l’homme vit sous la protection et la bénédiction de Dieu ; chaque chose que l’homme fait et tout ce qu’il dit sont étroitement liés et inséparables de Dieu.
Vous pouvez dire que c’est là le premier commandement que Dieu a donné à l’homme depuis qu’Il l’a créé. Qu’est-ce que ce commandement comprend ? Il comprend la volonté de Dieu, mais il comprend aussi Son souci pour l’humanité. C’est le premier commandement de Dieu et c’est aussi la première fois que Dieu se soucie de l’homme. Autrement dit, Dieu a eu une responsabilité envers l’homme depuis le moment où Il l’a créé. Quelle est Sa responsabilité ? Il doit protéger l’homme et veiller sur l’homme. Il espère que l’homme peut faire confiance à Ses paroles et leur obéir. C’est également la première attente que Dieu a de l’homme. C’est avec cette attente que Dieu dit ce qui suit : « Tu pourras manger de tous les arbres du jardin ; mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras. » Ces simples mots expriment la volonté de Dieu. Ils révèlent également que le cœur de Dieu a déjà commencé à se soucier de l’homme. Entre toutes choses, seul Adam a été fait à l’image de Dieu ; Adam était la seule chose vivante qui a le souffle de vie de Dieu ; il pouvait marcher avec Dieu, converser avec Dieu. C’est pourquoi Dieu lui a donné un tel commandement. Dieu a très clairement indiqué dans ce commandement ce que l’homme peut faire, aussi bien que ce qu’il ne peut pas faire.
Dans ces quelques simples mots, nous voyons le cœur de Dieu. Mais quel genre de cœur voyons-nous ? Y a-t-il de l’amour dans le cœur de Dieu ? N’y a-t-il aucun souci en Son cœur ? L’amour et le souci de Dieu dans ces versets ne peuvent pas être seulement appréciés par les gens, ils peuvent aussi être bien et vraiment ressentis. N’est-ce pas ainsi ? Maintenant que J’ai dit ces choses, pensez-vous encore que ce ne sont que quelques mots simples ? Pas si simple, non ? Pouviez-vous voir cela avant ? Si Dieu te disait personnellement ces quelques mots, comment te sentirais-tu à l’intérieur ? Si tu n’es pas une personne compatissante, si ton cœur est de glace, alors tu ne sentiras rien, tu n’apprécieras pas l’amour de Dieu et tu n’essaieras pas de comprendre le cœur de Dieu. Mais si tu es une personne qui a une conscience et de l’humanité, alors tu te sentiras différent. Tu sentiras de la douceur, tu te sentiras choyé et aimé et tu sentiras le bonheur. N’est-ce pas vrai ? Lorsque tu sentiras ces choses, comment agiras-tu envers Dieu ? Te sentiras-tu attaché à Dieu ? Est-ce que tu aimeras et respecteras Dieu du fond de ton cœur ? Ton cœur se rapprochera-t-il de Dieu ? À partir de cela, tu peux voir à quel point l’amour de Dieu est important pour l’homme. Mais ce qui est encore plus crucial, c’est l’appréciation et la compréhension de l’amour de Dieu pour l’homme. En fait, Dieu ne dit-Il pas beaucoup de choses semblables durant cette étape de Son œuvre ? Mais les gens d’aujourd’hui apprécient-ils le cœur de Dieu ? Pouvez-vous comprendre la volonté de Dieu dont Je viens de parler ? Vous ne pouvez même pas discerner la volonté de Dieu quand elle est concrète, tangible et réaliste. C’est pourquoi Je dis que vous n’avez pas une vraie connaissance et compréhension de Dieu. Cela n’est-il pas vrai ?

Extrait de « La Parole apparaît dans la chair »

Source : L'Église de Dieu Tout-Puissant

15-01-21

Prédication évangélique 2020 « Le mystère du retour du Seigneur »

Prédication évangélique 2020 « Le mystère du retour du Seigneur »

Le principal personnage est une collaboratrice dans son Église, qui croit dans le Seigneur depuis des années et attend impatiemment Son retour. Son pasteur dit souvent que lorsque le Seigneur reviendra, Il apparaîtra sur un nuage dans Sa forme spirituelle et que toutes les nouvelles au sujet du Seigneur venant dans la chair sont fausses. Elle le croit fermement, sans l'ombre d'un doute. Mais un jour, dans un groupe d'étude biblique, elle entend quelqu'un témoigner que le Seigneur est revenu dans la chair, qu'Il exprime des vérités et accomplit l'œuvre du jugement en commençant par la maison de Dieu. Elle reste sur ses gardes et n'ose pas se pencher sur la question, mais elle redoute également de rater l'occasion d'accueillir la venue du Seigneur. Après avoir approfondi le sujet, elle en vient à comprendre le mystère de l'apparition et de l'œuvre dans les derniers jours du Seigneur. Elle baisse peu à peu sa garde et reconnaît la voix de Dieu dans les paroles de Dieu Tout-Puissant. Elle réalise que Dieu Tout-Puissant est le Seigneur Jésus revenu et suit les pas de l'Agneau. Quels sont les mystères qui entourent la venue du Seigneur dans les derniers jours ? Cette vidéo vous apporte les réponses.

Source : L'Église de Dieu Tout-Puissant

Posté par Chenlie à 18:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,